TISSAGES au plateau

Le Projet T i s s a g e s a débuté en octobre 2016 en partenariat avec le gérontopôle du CHU de Toulouse et l’Hôpital de Jour d’Évaluation des Fragilités et de la Prévention de la Dépendance, l’Université Jean Jaures (LLA creatis) et soutenu par l’association Hôpital Sourire. En 2018 et 2019, le CHU de Toulouse et le théâtre Garonne poursuivent le projet dans le cadre du dispositif Culture Santé, soutenu par la Direction Régionale des Affaires Culturelles d’Occitanie, l’Agence Régionale de Santé et l’association Hôpital Sourire.

Ce projet est destiné aux personnes pressenties par l’Hôpital de Jour comme pouvant bénéficier d’une activité artistique en réponse à leurs profils de santé.

Ces ateliers de théâtre hebdomadaires et gratuits ont été l’occasion d’insuffler une dynamique d’exploration dans le quotidien de ces personnes au travers d’outils théâtraux essentiels comme la voix, les états, les adresses, le corps dans l’espace, l’écoute. L’objectif était de renforcer l’estime de soi, la créativité, de valoriser l’expérience de l’âge et d’une parole propre, et enfin d’inciter à une pratique autonome à l’issue de cette aventure partagée.


photo Ellen Ginisty

Le jeudi 7 juin 2019 au théâtre Garonne les participantes nous ont offert un moment sensible et émouvant lors de leur restitution de travail avec la metteuse en scène Nadège Perriolat, comédienne et menteuse en scène. Ouvrant la présentation avec une lecture de récits personnels sur les thématiques du choeur, du territoire-maison et du territoire fabuleux, elles ont donné à voir le travail d’écriture scénique à partir de leur parole propre élaboré lors des ateliers hebdomadaires. Puis, avec des scènes du texte Le Temps de Gérald Chevrolet, les quatre femmes ont expérimenté le jeu d’actrices au plateau.

photo Mathilde Blatgé
photo Mathilde Blatgé
« Bon, moi, je vais être complètement à contre-courant…parce que je ne sens pas de lieu à moi…je suis dans un décor, je me fais un décor, un côté pratique, agréable esthétiquement, ouvert…mais il n’est pas à moi, j’ai pas d’attache, je suis nomade, une nomade dans ma tête, j’ai toujours envie de partir, c’est très bizarre, je suis à la recherche de quelque chose…une quête…c’est très très bizarre…j’ai eu beaucoup de lieux de vie, j’ai vécu au Maroc, j’ai beaucoup voyagé, mais ça me renvoie à une réflexion que j’avais faite à mon père.
J’étais très petite, cinq ou six ans, je devais être très en colère après eux parce que je leur ai dit : « Moi de toute façon je voudrais être gitane, je voudrais être niouniousse ».
Niouniousse, c’était le fou du village, le débile, le naïf, l’idiot, c’était son nom Niouniousse, « je voudrais être niouniousse ».
Et mon père : «Va dans ta chambre, tu es punie de dîner». »

Extrait

Au fil de la saison, les participantes ont pu assister à des spectacles à Garonne choisis en concertation avec l’équipe du théâtre. Désobéir, de Julie Berès, , de Baro d’Evel, Quasi Niente de Daria Deflorian et Antonio Tagliarini, et By heart de Tiago Rodrigues ont été des sorties riches en terme de découvertes, de plaisir et de prises de conscience dans leur démarche théâtrale.
Deux d’entre elles ont notamment participé au spectacle By heart de Tiago Rodrigues dans lequel l’auteur et metteur en scène invite les spectateurs au plateau pour tenter l’expérience de l’apprentissage choral d’un sonnet de Shakespeare.

« Petit à petit je me suis sentie à l’aise, plus en confiance derrière Tiago… Tout à son écoute, se bousculaient en moi : l’écoute de l’acteur et la compréhension du message qu’il nous faisait passer afin que les œuvres littéraires ne meurent pas et mon émotion à moi de bien faire, de bien retenir et bien restituer ce qui m’incombait – (A savoir 4 premiers vers d’un sonnet de Shakespeare)  Bien sûr, Nadège et ses cours occupaient aussi pas mal mes pensées ». Anne-Marie.