7 déc > 9 déc

Le Poète aveugle

A propos des mensonges de l'Histoire

Jan Lauwers / Needcompany

Belgique
x complet
Théâtre / Danse

"Le Poète aveugle  parcourt l'histoire à travers les arbres généalogiques de tous les membres de Needcompany. Ainsi, nous avons constaté que chacun a quelque part un lien ou une correspondance avec tout le monde." Jan Lauwers

 

 

en néerlandais, anglais, français, norvégien, tunisien, arabe surtitré en français

texte et mise en scène Jan Lauwers, Needcompany
musique Maarten Seghers
avec Grace Ellen Barkey, Jules Beckman, Anna Sophia Bonnema, Hans Petter Melø Dahl, Benoît Gob, Maarten Seghers, Mohamed Toukabri, Elke Janssens, Jan Lauwers
costumes Lot Lemm
dramaturgie et sur-titrage Elke Janssens
création lumières Marjolein Demey, Jan Lauwers
son Ditten Lerooij, Marc Combas
production Needcompany 
coproduction Kunstenfestivaldesarts, KunstFestSpiele Herrenhausen, FIBA - Festival Internacional de Buenos Aires, Künstlerhaus Mousonturm

avec le soutien des autorités flamandes

diffusion en France Scène Nationale de Sète et du bassin de Thau / Fabrique - production Florence Marguerie

créé en mai 2015, au Kunstenfestivaldesarts, Bruxelles

7 Décembre > 9 Décembre
au théâtre Garonne
Durée : 2h15 ( avec entracte)
Mercredi 7 Décembre 2016 / 20:00
Jeudi 8 Décembre 2016 / 20:00
Vendredi 9 Décembre 2016 / 20:00
de 12 à 27€ (supplément de 3€ compris)

Dans son essai Race et histoire (1952) Claude Levi-Strauss, citant Montaigne, avançait que les sociétés humaines s’égaillaient « par sauts et par gambades » sans que l’une puisse se prévaloir sur l’autre. C’est ainsi que s’écrit l’Histoire de l’Europe réinventée par Needcompany. Sur une musique de Maarten Seghers, Le Poète aveugle est une épopée digne des Mille et une Nuits, composée par Jan Lauwers, en remontant l’arbre généalogique des interprètes, mille ans en arrière. Sept monologues comme sept cartes d’identité, débutant tous par : « Je suis », qui dessinent une cartographie des mille croisements – hasards, guerres, amours – et une ramification inextricables qui forment le substrat européen. Ça débute avec Grace Ellen Barkey, de l’Asie à l’Europe, un miracle multiculturel à elle seule dans un splendide costume qui tient autant du clown que de la danseuse traditionnelle. Des aïeux cannibales, croisés ou vikings, un paternel imbibé de bière flottant sur la Meuse, la geste se poursuit en récits qui s’enchâssent dans une prodigalité d’images, de danses et de musiques. Passent Abu al’ala al Ma’arri, le poète aveugle syrien, Averroès, connu sous le nom d’Ibn Rushd, et Wallada bint al Mustakfi, la poétesse du XIe siècle qui écrivait à Cordoue, là où les femmes étaient les égales des hommes : « À mon amant j’offre mes joues, et mes lèvres, je les donne à qui les veut ». Face à la violence endémique du monde, quels meilleurs antidotes que l’extravagance, la sensualité des corps ?

(EN)

In his essay Race and history (1952), Claude Levi-Strauss quoted Montaigne to support his claim that human societies cheer themselves up “by leaps and skips” and neither takes precedence over the other. This is how Needcompany reinvent the History of Europe. Set against music by Maarten Seghers, Le Poète aveugle (The Blind Poet) is an epic worthy of the Arabian Nights, created by Jan Lauwers, climbing the family trees of the actors a thousand years ago. Seven monologues like seven identity cards, all beginning with: “I am”, drawing maps with thousands of intersections – coincidence, wars, loves – and an inextricable ramification which is the bedrock of Europe. It starts with Grace Ellen Barkey, from Asia to Europe, a multicultural miracle herself in a splendid costume which echoes both the clown and the traditional dancer. Cannibal ancestors, crusaders or Vikings, a beer-soaked father floating on the Meuse, the saga continues in tales which embed themselves in an extravagant amount of pictures, dances and musics. Are present Abu al’ala al Ma’arri, the blind Syrian poet, Averroès, known under the name of Ibn Rushd, and Wallada bint al Mustakfi, the 11th century female poet who wrote in Cordoba, where men and women were equal: “To my lover I offer my cheeks, and my lips I give to whoever wants them.” Faced with the endemic violence present in the world, are there any better antidotes than the extravagance and sensuality of bodies?

Biographie

Né à Anvers en 1957, Jan Lauwers a étudié la peinture à l’Académie des Beaux-Arts de Gand. Plasticien de formation, Jan Lauwers est un artiste qui pratique toutes les disciplines. Ces vingt dernières années, il s’est surtout fait connaître par son œuvre théâtrale pionnière forgée avec son ensemble, Needcompany, fondé à Bruxelles en 1986 avec Grace Ellen Barkey. A eux deux, ils sont responsables des productions importantes de Needcompany. Le groupe de performers qu’on rassemblé Jan Lauwers et Grace Ellen Barkey ces dernières années est unique dans sa multiplicité. Depuis 2009, Needcompany est artist-in-residence au Burgtheater (Vienne). Pendant tout ce temps, il a accumulé une œuvre plastique considérable, qui a été exposée en 2007 au BOZAR (Bruxelles). En 2012, Jan Lauwers sʼest vu décerné « lʼinsigne dʼOr du Mérite de la République dʼAutriche ». En 2014, il est récompensé du Lion dʼOr Lifetime Achievement Award à la Biennale de Venise. 

Jan Lauwers a présenté au théâtre Garonne : Needcompany’s King Lear en 2001, La chambre d'Isabella en 2004, No Comment en 2003,  La Poursuite du vent en 2006