Mélancolie(s)

d'après Anton Tchekhov

Tchekhov / Julie Deliquet / collectif In Vitro

Théâtre
présenté avec l'Usine
13fév>16fév
billet
mercredi 13 février 2019 / 20:00 / 2h
jeudi 14 février 2019 / 20:00 / 2h
vendredi 15 février 2019 / 20:30 / 2h
samedi 16 février 2019 / 20:30 / 2h

"Théodore : Eh bien, après nous, on habitera dans l’espace, on découvrira peut-être un sixième sens, qu’on développera, mais la vie restera la même, une vie difficile, pleine de mystère, et heureuse. Et dans mille ans, l’homme dira comme aujourd’hui : « Ah ! Que la vie est dure ! » Et il aura toujours peur de la mort et ne voudra pas mourir." Ivanov de Tchekhov

Entouré de ses proches, Sacha fête son anniversaire dans la maison où elle vit avec sa soeur Olympe. Nicolas débarque avec sa femme Anna et son ami, Louis. Un an après la mort du père, la vie a repris ses droits. Champagne ! Avant que tout s’effondre… Des Trois Soeurs à Ivanov, Julie Deliquet, dont la mise en scène d’Oncle Vania pour la Comédie Française a fait date, retourne à Tchekhov en confrontant les deux pièces dans l’atelier bouillonnant du collectif. In Vitro joue l’improvisation permanente d’un « théâtre qui puise sa vitalité dans le réel ». Ainsi pour préparer Mélancolie(s), l’équipe s’est immergée dans des hôpitaux, des cafés, étonnée de découvrir à quel point les mots de Tchekhov s’accordaient naturellement à ceux de chacun. De la névrose familiale à la crise radicale, d’une mélancolie à l’autre, le miroir qui nous est tendu touche par sa justesse. Les sentiments sont saisis ici sur le vif, tout se joue dans l’instant. On se laisse traverser par les rires, les pleurs, la trahison amoureuse, le désespoir et l’amour de ces figures intemporelles et pourtant si proches.

création et adaptation collective à partir des Trois soeurs et d’Ivanov d’Anton Tchekhov
mise en scène Julie Deliquet
avec Julie André, Gwendal Anglade, Eric Charon, Aleksandra de Cizancourt, Olivier Faliez, Magaly Godenaire, Agnès Ramy, David Seigneur
collaboration artistique Pascale Fournier
scénographie Julie Deliquet, Pascale Fournier et Laura Sueur
lumières Jean-Pierre Michel et Laura Sueur
costumes Julie Scolbetzine
musique Mathieu Boccaren
régie son Mathieu Boccaren et François Sallé
film Pascale Fournier
régie générale Laura Sueur et Jean-Pierre Michel
administration, production, diffusion Cécile Jeanson et Marion Krähenbühl
assistante de production Valentina Viel
production Collectif In Vitro
coproduction Théâtre de Lorient - Centre Dramatique National de Bretagne, Comédie de SaintÉtienne - Centre Dramatique National, Festival d’Automne à Paris, Théâtre de la Bastille, Théâtre Le rayon Vert, scène conventionné, Saint Valery en Caux, Théâtre Romain Rolland Villejuif
avec le soutien du Conseil départemental du Val-de-Marne dans le cadre de l’aide à la création
accueil en résidence Théâtre de Lorient - Centre Dramatique National de Bretagne, Théâtre Gérard Philipe – Centre Dramatique National de Saint-Denis, La Ferme du Buisson – Scène Nationale de Marne-la-Vallée, Comédie de Saint-Étienne, Théâtre de la Bastille, Théâtre Romain Rolland Villejuif
en collaboration avec le Bureau Formart
Le collectif In Vitro est associé au Théâtre de Lorient - Centre Dramatique National de Bretagne, à la Comédie de Saint-Étienne - Centre Dramatique National, et à la Coursive, Scène Nationale de la Rochelle
Il est conventionné à rayonnement national et international par le Ministère de la Culture et de la Communication – DRAC Île-de- France

de 10 à 25€

In Vitro a surgi en 2009, à l’issue d’une improvisation de six heures ! Julie Deliquet, metteuse en scène et cinéaste, est celle qui allume la mèche en lançant le thème ; puis elle lâche les rênes aux acteurs pendant une longue période d’incubation qui passe par le risque, la déstabilisation : des improvisations non-stop dans des lieux autres, des tournages de films, des confrontations à des personnes qui jouent leurs propres rôles. Une forme d’utopie in progress où la remise en question permanente devient une vertu, qui s’appuie sur un engagement total des acteurs. Ils sont auteurs de leur partition, capables d’emmener très loin leurs personnages. Dissemblables, ils explosent de vie sur le plateau. La Noce de Brecht, Dernier remords avant l’oubli de Lagarce, des créations collectives : Nous sommes seuls maintenant et Catherine et Christian (fin de partie). Pendant sept ans, In Vitro a arpenté le champ générationnel, à travers l’héritage idéologique des parents, ceux qui ont fait 68, les mariages, les deuils. L’insouciance a fait place au désenchantement et à la mélancolie. Ce dont parle naturellement Tchekhov. Leur présence à Toulouse débordera du théâtre pour infuser dans la ville, avec la complicité de l'Usine et Tchekhov pour guide.

Rencontre avec l'équipe artistique le jeudi 14 février à l'issue de la représentation, pour le Master Administration et communication des activités culturelles  de l'Université Toulouse 1 Capitole, ouverte au public.

Rencontre avec l'équipe artistique (les comédiennes Julie André et Magaly Godenaire) le vendredi 15 février au lycée Berthelot avec des élèves (classes de 1ères).