Robot, l'amour éternel

Kaori Ito

Danse
17avr>19avr
[présenté avec La Place de la Danse, au théâtre Garonne]
billet
mercredi 17 avril 2019 / 20:30 / 55 minutes
jeudi 18 avril 2019 / 20:30 / 55 minutes
vendredi 19 avril 2019 / 20:30 / 55 minutes

"Cet époustouflant spectacle tente de cerner le temps qui passe trop vite. (…) l’Univers créé est d’une beauté plastique étrange et surréelle. (…) Kaori Ito a mûri. Son humour est ici hanté par les grands enjeux spirituels. La vie, la mort…" Emmanuelle Bouchez, Télérama

Après avoir dansé avec son père (Je danse parce que je me méfie des mots) puis avec son compagnon (Embrase moi), et donné naissance à un petit garçon, Kaori Ito se retrouve seule en scène dans la peau d’un robot qui a tout à apprendre des comportements humains. Des moulages de son corps parsèment le plateau tels des membres perdus et mutilés. Elle se meut avec sensualité dans cette seconde peau, comme pour mieux saisir ses mouvements et faire cohabiter l’inanimé et l’animé. C’est une confession dansée, un solo intime où Kaori Ito nous fait part de la difficulté de la vie d’artiste : tournées, emploi du temps surchargé, rencontres, planning de répétition... C’est avec Siri, un robot vocal qu’elle va dialoguer ; la voix liste ses trajets pendant qu’elle se meut violemment et disparaît dans l’ombre. Elle est son propre fantôme et il lui faut retrouver la sensation de danser, être au coeur du geste et du mouvement pour se sentir de nouveau. Une traversée intime et ontologique.

avec Kaori Ito
texte, mise en scène et chorégraphie Kaori Ito
collaboration à la chorégraphie Gabriel Wong
collaboration univers plastique Erhard Stiefel et Aurore Thibout
composition Joan Cambon
direction technique et création lumière Arno Veyrat
manipulation et régie plateau Yann Ledebt
regards extérieurs Julien Mages, Zaven Paré (roboticien), Jean-Yves Ruf
assistante à la chorégraphie Chiharu Mamiya
régie générale et design sonore Adrien Maury
régie lumière François Dareys
décor Pierre Dequivre, Delphine Houdas et Cyril Trupin
remerciements Théo Touvet
production Améla Alihodzic (Playtime)
diffusion Sarah Benoliel
production Association Himé
coproduction ADC de Genève - Suisse, KLAP - maison pour la danse – Marseille, MA Scène Nationale – Pays de Montbéliard, Lieu Unique – Nantes, Avant-scène – Cognac, Théâtre de Saint-Quentin-en–Yvelines – Scène Nationale, la MAC de Créteil
partenaires Ministère de la culture - DRAC Ile de France, Fondation Sasakawa.
soutiens Flux Foundation à Genève, Compagnie 111 – Aurélien Bory / La Nouvelle Digue.
Kaori Ito est lauréate du prix Danse Aujourdhui - réseau des spectateurs de danse à ce titre, son projet de création est soutenu par les mécènes de la dansel’Association Himé reçoit le soutien de la Fondation BNP Paribas pour l’ensemble de sesprojets
Kaori ito est artiste associée à la mac de Créteil, en compagnonnage artistique avec KLAP Maison pour la danse et en résidence au 104

de 10 à 25 €

Née à Tokyo en 1979, Kaori Ito étudie le ballet classique dès l’âge de 5 ans. Elle part en 2000 aux Etats- Unis où elle se forme aux techniques de Graham, Cunningham, Limon et Horton. Elle travaille auprès de Philippe Decouflé, James Thierrée, Angelin Preljocaj, Sidi Larbi Cherkaoui, Guy Cassiers ou Alain Platel, puis crée ses propres spectacles Noctiluque (2008), Solo (2009), Island of no Memories (2011), ASOBI (2013) et Religieuse à la Fraise (2014). À Garonne, on l’a vue dans Plexus (2012, mise en scène par Aurélien Bory) et Je danse parce que je me méfie des mots (2016).