Luke George

Public Actions : Private Spaces Projects

Invité par le théâtre Garonne à créer une œuvre pour le festival In Extremis 2021, autour du thème "Hospitalités" Luke George imagine une performance participative invitant les spectateurs à échanger avec lui, par "zoom", depuis leur salon. Une façon pour lui - après plusieurs mois confinés dans nos espaces domestiques et éloignés les uns des autres - de réinterroger les lieux dans lesquels nous vivons, de mettre en scène son intimité et de s'aventurer dans celle des autres. 
Public Actions : Private Spaces Projects aura lieu du 14 au 30 mai. 
Luke George s'est confié à nous pour raconter son expérience de l'hospitalité...

"Mon expérience d’hospitalité, a essentiellement été en tant que voyageur, lorsque je suis déconnecté du confort et de la sécurité de ma culture, de mon chez moi, de ma communauté et de mon lieu de vie ou lorsque je me trouve dans un autre endroit qui ne m'est pas familier. J'ai eu des moments où je me suis senti invité à entrer, soit dans la maison ou l'entreprise de quelqu'un ainsi que dans l'expérience de quelqu'un, dans sa vie, dans sa journée, et même dans des moments brefs. Assez souvent avec un étranger.

Une expérience dont je me souviens parfaitement, j'étais en Chine et j'étais dans une montagne où je faisais une retraite très spéciale, pour étudier et faire des recherches. Un jour, nous faisions une randonnée et nous sommes tombés sur une maison de thé et c'est très rural en Chine, il n’y avait presque personne autour.

Nous sommes tombés sur cette maison de thé et la femme qui tenait le commerce voulait vraiment que nous entrions, mais elle était du genre "Pouvez-vous attendre ? Attendez un moment." Des invités partaient et il y avait quelque chose d'étrange dans la situation, mais je ne comprenais pas ce que c'était, en plus l'anglais n'était pas trop parlé. J'ai un ami qui traduisait pour moi.

Finalement, nous sommes entrés dans la maison de thé et nous avons rencontré la femme, elle était triste. Les gens appréciaient le moment convivial et parlaient de choses et d'autres. Je ne sais pas vraiment de quoi ils parlaient, mais ça n'avait pas vraiment d'importance.

Et pendant tout le temps que nous parlions, la femme faisait du thé pour nous. Elle a fait la première tournée de thé, nous l’a servi et nous en avons bu en petite quantité, puis l'a jeté. Elle n'avait pas fini de servir qu'elle l'a jetée, et elle a recommencé à en préparer. (...) "

> Suite de l'entretien ci-dessous...