16 > 20 décembre

Soubresaut

François Tanguy - Théâtre du Radeau

Soubresaut

François Tanguy
Théâtre du Radeau

spectacle présenté avec la participation de L'Usine / Centre national des arts de la rue et de l’espace public (Tournefeuille / Toulouse Métropole)

changement de dates : Suite à un changement de distribution lié à l’indisponibilité d’une interprète, les représentations des 14, 15 et 21 décembre sont annulées. Supplémentaire dimanche 17 à 17h.

Durée : 1h15
Samedi 16 Décembre 2017 / 20:30
Dimanche 17 Décembre 2017 / 17:00
Lundi 18 Décembre 2017 / 20:30
Mardi 19 Décembre 2017 / 20:30
Mercredi 20 Décembre 2017 / 20:30
de 10 à 27 €

 

Sur un plateau les corps apparaissent, disparaissent, disent des mots proférés il y a des centaines d'années. De quelle mémoire s'agit-il et pourquoi, et en quoi cela nous concerne encore ?
François Tanguy

Cette vingtième création du Théâtre du Radeau, à la fois théâtrale et chorégraphique, déploie une aire de jeu enfantine et grave. L’espace est composé de châssis, de planches, de toiles transparentes pris dans l’oblique des lignes qui les caractérisent et griffonnent un tableau aux traits mouvants. Rien n’est figé ; tout est toujours en cours… C’est d’ailleurs ce qui fascine dans le travail de François Tanguy : le temps ne passe plus, le temps va. La scène est un lieu de passage d’ombres et de figures qui hantent notre mémoire, et s’offrent comme des réminiscences, parfois comme des allégories affranchies de toute référence. C’est un théâtre abondant, débordant, animé par des compositions complexes qui s’entrechoquent : musique classique et contemporaine, fragments de textes d’auteurs, costumes bigarrés et composites. Le travail inlassable de la matière, l’espace en perpétuel mouvement, réactivent l’expérience sensorielle. Soubresaut fait tressaillir par sa fugacité fragile. Mais rassurez-vous, rien ne croule jamais, tout ondule.

Le Théâtre du Radeau a été fondé au Mans en 1977, rejoint en 1982 par François Tanguy, metteur en scène. La compagnie s’installe dans une ancienne succursale automobile qui deviendra La Fonderie, inaugurée en 1992. Le théâtre Garonne et le Radeau, c'est : Jeu de Faust (1989), Fragments forains (1990), Chant du bouc (1992), Choral (1994), Coda (2005), Ricercar (2008), Onzième (2012), Passim (2015).

Théâtre
16 > 20 Décembre
sam 16 déc / 20:30dim 17 déc / 17:00lun 18 déc / 20:30mar 19 déc / 20:30mer 20 déc / 20:30
théâtre Garonne
durée 1h15
Coproduction
de 10 à 27 €
SoubresautGénérique
Coproduction

mise en scène, scénographie François Tanguy
avec Didier Bardoux, Frode Bjørnstad, Laurence Chable, Jean-Pierre Dupuy, Muriel Hélary, Ida Hertu, Vincent Joly, Karine Pierre
élaboration sonore Éric Goudard,François Tanguy
lumières François Fauvel, Julienne Havlicek, Rochereau, François Tanguy
coproductions Théâtre du Radeau, Le Mans Théâtre National de Bretagne - Centre Européen Théâtral et Chorégraphique Festival d’Automne 2017, Paris Théâtre National de Strasbourg Centre Dramatique National de Besançon - Franche-Comté. Théâtre subventionné par L’Etat - Préfet de la région Pays de La Loire- direction régionale des affaires culturelles, le Conseil Régional des Pays de la Loire, le Conseil Départemental de la Sarthe, la Ville du Mans
avec le soutien de Le Mans Métropole

crée le 2 novembre 2016 au Théâtre National de Bretagne à Rennes - Festival Mettre en scène

Soubresaut

« Dans ce fouillis de lignes possibles, nous guettons l'apparition d'un trait qui serait comme une décision qui engage, qui engage la vision et une multitude éventuelle, momentanée, illusoire...Une fois que c'est fait, la structure ne va pas se mouvoir autrement que dans l'imagination. »
« Tableau de Hans Holbein « les ambassadeurs». Les modèles ont disparu en chair depuis quelques lustres, et l'effet comme l'effort diplomatique dont ils sont chargés (...) n'offrent au regard que l'intrigante scrutation somptuaire de la construction picturale.
Frise de Pergame : (...) la frise sculpte dans le marbre le combat des titans et des dieux. »
« Sortir de la mêlée sans sortir et risquer à chaque pas d'en dénoncer les subterfuges. »
« Celà va sans dire, s'exposant au treillis pourfendu des « raisons », s'en faire une. »
« Le théâtre ? C'est résister, pas reprendre, pas regagner parce qu'on a perdu. Résister, cela veut dire se souvenir : la mémoire devant, pas derrière. »

Soubresaut

Livret de paroles

Journal fev.sept. 1920. Franz Kafka
Traduction Marthe Robert, Claude David, Jean-Pierre Danès
Gallimard - Pléiade

Poème Chanson d’une dame dans l’ombre Paul Celan
Traduction Jean-Pierre Lefebvre
éditions Gallimard

Le banquet des cendres Giordano Bruno
Traduction Yves Hersant
Edition de l’Eclat. 1988

Les métamorphoses - livre VIII Ovide
Traduction Olivier Serres
Editions Belles Lettres

The Rime of the ancient mariner Samuel Taylor Coleridge
Aubier - Flammarion bilingue

L’âme et la danse (1921) Paul Valéry
NRF Gallimard

La divine comédie / Paradis / Chant XXVI Dante Alighieri
Traduction Jacqueline Risset
Editions Flammarion

Esthétique de la résistance Peter Weiss
traduction Eliane Kaufholz-Messmer
éditions  Klincksieck

Vingt sonnets à Marie Stuart Joseph Brodsky
Traduction de Peter France et l’auteur
Les Doigts dans la Prose Editions

Petits essais- Scène célèbre Robert Walser
Traduction Jean Launay
NRF Gallimard

La répétition Soren Kierkegaard
Traduction de Jacques Privat
Ed. Rivages poche / Petite bibliothèque

L’affaire de la rue Lourcine Comédie en un acte Eugène Labiche
Bouquins - Laffont

Soubresaut

Le Radeau propose des agencements scéniques singuliers faits de corps, textes, voix, lumières, sons, musiques et espaces qui s'entrecroisent, se mêlent, se répondent... Les espaces pourraient être des décors en cours d'installation ou des ateliers de peintre dans lesquels des tables, chaises, cadres et grand châssis seraient dispersés... Le théâtre se montre comme une installation précaire et mobile, faite de choses ordinaires rassemblées et tenant par l'énergie motrice de ceux qui le font. Les paroles, aux sources multiples, sont parfois à peine audibles, parfois dans des langues étrangères, parfois déclamées comme dans un théâtre ancien... La musique, omniprésente, reprend des oeuvres classiques et contemporaines qu'elle met en boucle, superpose, mêle à d'autres sources sonores... L'ensemble s'accorde, se lie, se défait, s'oppose. Un espace appelle un geste, un mouvement s'accorde avec la lumière, une robe se fait complice d'une musique, un regard, une parole ou un visage s'allie avec une table, un cadre resté là, un point de fuite temporaire.
Eric Vautrin in Théâtre Public "Variations Radeau" n°214, octobre 2014

Comment ça se constitue ? À proprement parler, ce ne sont pas des rêves, il n’y a pas d’onirisme : tout ce qui est dit ici, est déjà advenu ailleurs ou bien adviendra plus tard, dans un autre temps, dans d’autres conditions qui ne sont pas encore relatées ici : c’est un « ça qui n’est pas là » qui se constitue sur scène, comme pur récit d’un temps de l’ailleurs, qui est pourtant bien ici, dans ce présent de scène, dans cette conscience qui se réveille et s’éveille à elle-même.
Jean-Paul Manganaro - Extraits de “ça qui n’est pas là

Soubresaut

François Tanguy et le Théâtre du Radeau

Le Théâtre du Radeau est installé au Mans depuis la fin des années 1970, François Tanguy rejoignant en 1982 le groupe rassemblé autour de Laurence Chable pour en devenir le metteur en scène. Au début des années 1990, ils aménagent un ancien garage en centre-ville qui deviendra La Fonderie, lieu de travail ouvert à des artistes accueillis en résidence autant qu'à des événements militants et associatifs. À raison d'une création tous les deux à quatre ans, et soutenus notamment par le Théâtre National de Bretagne à Rennes, le Festival d'Automne à Paris ou le Théâtre-Garonne à Toulouse, le Théâtre du Radeau a régulièrement présenté ses spectacles en France et à l'étranger depuis la fin des années 1980.
Eric Vautrin in Théâtre Public "Variations Radeau" n°214, octobre 2014

• 2013 Passim, création
Coproduction Théâtre National de Bretagne - Rennes, MC2 Maison de la Culture de Grenoble - Scène Nationale, Le Grand T – Nantes, LU - le lieu unique, Scène Nationale de Nantes, Centre Dramatique National de Besançon -
Franche-Comté
• 2011 Onzième, création
Coproduction Théâtre National de Bretagne - Rennes, Association Artemps,-Dijon, Théâtre de Gennevilliers – Centre Dramatique National de Création Contemporaine, Festival d’Automne - Paris, Espace Malraux, scène nationale -Chambéry & Savoie, théâtre Garonne – Toulouse
• 2007 Ricercar, création
Coproduction TNB - Rennes, Odéon-Théâtre de l’Europe - Paris, Festival d’Automne - Paris, Festival d’Avignon, Centre Chorégraphique National -Rillieux-la-Pape- Cie Maguy Marin, théâtre Garonne - Toulouse.
• 2004 Coda, création
Coproduction TNB - Rennes, Odéon-Théâtre de l’Europe - Paris, Festival d’Automne – Paris
• 2001 Les Cantates, création
Coproduction TNB - Rennes, Odéon - Théâtre de l’Europe - Paris
• 1998 Orphéon - Bataille - suite lyrique, création
Coproduction TNB - Rennes
• 1996 Bataille du Tagliamento, création
Coproduction TNB - Rennes, Festival d’Automne - Paris, CDN - Gennevilliers, Kunsfest Weimar, Théâtre National - Dijon
• 1994 Choral, création
Coproduction TNB - Rennes, Quartz - Brest, Théâtre en Mai - Dijon, Théâtre Garonne - Toulouse
• 1991 Chant du Bouc, création
Coproduction Festival d’Automne - Paris, TNB - Rennes, Quartz - Brest, Les Bernardines - Marseille, CDN - Reims.
Participation théâtre Garonne - Toulouse
• 1989 Woyzeck - Büchner - Fragments forains
Coproduction Quartz - Brest, TGP - St Denis, Festival d’Automne - Paris
• 1987 Jeu de Faust, création
Coproduction Atelier Lyrique du Rhin - Colmar , Théâtre des Arts - Cergy Pontoise
• 1986 Mystère Bouffe, création
• 1985 Le songe d’une nuit d’été, de W. Shakespeare
Coproduction Palais des Congrès et de la Culture - Le Mans
• 1984 Le retable de séraphin, création
• 1983 L’Eden et les cendres, création
• 1982 Dom Juan, de Molière