L’archéologie et l’invention des preuves… de toutes pièces

enregistrée au théâtre Garonne
9mai

Rencontre avec Sandra Péré-Noguès, Jean-Paul Demoule et Yann Potin, animée par François Bon.

Cliquez ici pour assister à l'émission le dimanche 9 mai à 21h00.

Puisqu’une découverte archéologique est une « invention », pourquoi ne pas fabriquer tout bonnement les éléments du récit ? Voilà une façon de procéder bien peu scientifique qui a pourtant attiré bon nombre d’amateurs. La mâchoire de Moulin Quignon, le tombeau du pape des druides, le crâne de Piltdown ou encore les bifaces de Kamitakamori sont parmi les exemples qui nous entraîneront d’Europe au Japon, et nous permettront de nous pencher sur ces mirages d’un passé inventé, à la rencontre de ceux qui, innocemment ou pas, forcèrent le destin pour satisfaire leurs attentes.

 

François Bon est professeur d’archéologie préhistorique à l’université de Toulouse-Jean Jaurès, il a conduit plusieurs missions de terrain et des programmes de recherche en France et en Afrique.

Jean-Paul Demoule est archéologue et spécialiste de la Protohistoire européenne à l’université Paris I. Ses travaux portent notamment sur l’histoire de l’archéologie et ses constructions idéologiques et, à ce titre, sur le « problème indo-européen » et sur la néolithisation de l’Europe ainsi que sur les sociétés de l’Âge du fer.

Sandra Péré-Noguès est historienne à l’université de Toulouse Jean-Jaurès. Spécialiste de l’Âge du fer et de l’histoire de l’archéologie, elle a conduit des programmes de recherches dédiés à plusieurs figures de l’archéologie (Déchelette, Cartailhac).

Yann Potin est historien à l’université Paris-Nord et chargé d’études documentaires aux Archives nationales de France. Ses recherches portent sur l’histoire du patrimoine, de la construction et de la transmission des archives et des sources historiques.