L’histoire à venir 2021

Usages du faux

rencontres
7mai>9mai
[En vrai ou en visio]

La 4e édition de L’histoire à venir, initialement prévue en mai 2020, n’a pas pu se tenir en raison de l’épidémie de Covid-19. En 2021, compte tenu de sa persistance, nous faisons le pari d’une organisation différente, pour ne pas prendre le risque d’une nouvelle annulation. Nous avons ainsi décidé de transformer le moment unique du festival en quatre moments éditorialisés, quatre temps pour explorer les Usages du faux.
> Site de L'histoire à venir 2021

  • 18-21 mars : les usages du faux dans les arts et la littérature.
  • 7-9 mai : la question du faux en préhistoire, archéologie, histoire ancienne et histoire des religions.
  • 24-25 septembre : les usages politiques du faux.
  • ​3-4 décembre : le faux comme enjeu des débats contemporains (environnement, complotisme…).

La question de la vérité revêt, depuis quelques années, une actualité singulière. Alors que nous pensions établies les limites entre mensonge et vérité, entre fiction et réalité, les déclarations de certains dirigeants politiques, les innombrables informations circulant sur Internet, les possibilités offertes par les images numériques, nous contraignent à une nouvelle vigilance. réfléchir aux définitions du vrai et du faux constitue aujourd’hui l’une des premières missions de tout citoyen.

Documents ou preuves fabriqués de toutes pièces, copies et faux en art, objets de contrefaçon, fausses nouvelles, imposteurs, artifices qui permettent parfois la manifestation du vrai… : nous questionnerons le faux dans tous ses états, en nous posant la question de la norme qui permet de le définir comme tel, et du pouvoir que représentent les procédures de certification.
Départager le vrai du faux est avant tout une question de méthode, celle-là même qui fonde la démarche scientifique : évaluer l’authenticité des sources, établir des faits, et proposer une analyse. Comment les preuves sont-elles passées au crible de la critique et interprétées ? Comment repère-t-on une falsification et comment établit-on son origine, sa finalité, ses auteurs ? Car en définitive, à qui et à quoi sert le faux ?
Les contre-vérités qui circulent aujourd’hui, les faux grossiers ou sophistiqués, les mensonges ou demi-vérités, les complotismes et autres manipulations, jusqu’au négationnisme, ont des effets sur notre monde social, des fonctions politiques et économiques, et des bénéficiaires qu’il s’agira d’identifier.