venir à l'histoire #1

rencontres
25sep>26sep
[au théâtre Garonne et à Ombres Blanches]

Prenons le temps de s’armer intellectuellement pour agir sur le monde qui nous entoure ! Au programme de ce premier week-end Venir à l’histoire : réflexions sur les crises sociales passées présentes et futures, et, à l’occasion du référendum en Nouvelle-Calédonie, une journée exceptionnelle consacrée à l’histoire océanienne. 
En compagnie de : Julie Clarini, Antonio Casilli, Michaël Foessel, Céline Spector, Quentin Deluermoz, Isabelle Lacoue-Labarthe, Olivier Loubes, François Bon, Claire Judde de Larivière, Alban Bensa, Emmanuel Kasarhérou, Isabelle Merle, Francis Duranthon.

Vendredi 25 septembre
15 h 30 – Ombres Blanches, 3 rue Mirepoix
Présentation du livre de Michaël Fœssel, Récidive. 1938 (Presses universitaires de France)

Récidive est le récit d’un trouble : pourquoi 1938 nous éclaire-t-elle tant sur le présent ? Mais l’ouvrage ne raconte pas l’histoire de l’avant-guerre et n’entonne pas non plus le couplet attendu du « retour des années 1930 ». Les événements ne se répètent pas, mais il arrive que la manière de les interpréter traverse la différence des temps. En ce sens, les défaites anciennes de la démocratie peuvent nous renseigner sur les nôtres.
17 h 30 – Ombres Blanches, 3 rue Mirepoix
Présentation de Par ici la sortie, cahiers éphémères et irréguliers (Le Seuil) : livraisons à venir, projets, réalisations

Avec Julie Clarini 
Cahiers éphémères et irréguliers pour saisir ce qui nous arrive et imaginer les mondes de demain, ces « cahiers » ne pouvaient être que collectifs, parce qu’issus d’une volonté partagée par les éditeurs et auteurs de faire sens face à l’événement. S’y engage une conception du travail intellectuel et du débat public comme espace de confrontation argumentée. Ils accueillent des textes de réflexion offrant des perspectives et des analyses fortes, mais aussi des textes et propositions littéraires de formats singuliers et originaux.
21 h – théâtre Garonne – soirée "Par ici la sortie"
Débat sur le thème : Pratiques sociales, pensées politiques, technique et modes d’organisation. Avant, pendant, après la pandémie

Avec Antonio Casilli, Michaël Fœssel et Céline Spector, animé par François-Xavier Fauvelle
Plusieurs mois sont passés depuis que la pandémie mondiale du Covid-19 s’est imposée à nous, et que le monde a basculé dans un état de crise dont on ne connait pas l’issue et dont on ne mesure pas les effets sur les sociétés qu’il a frappées. Cette crise qui bouleverse les cadres de pensée et d’interprétations imposait d’ouvrir de nouveaux espaces de dialogue, où trouveraient à s’exprimer des sensibilités intellectuelles diverses, où pourraient se confronter les points de vue, les divergences de fond, les incertitudes et les interrogations.
Samedi 26 septembre
11 h – Ombres Blanches, 3 rue Mirepoix
Présentation du livre de Quentin Deluermoz, Commune(s) 1870-1871 (Seuil, L’univers historique)

Avec Quentin Deluermoz, Isabelle Lacoue-Labarthe et Olivier Loubes
Habitué des tournants historiographiques depuis son Histoire des possibles (Seuil, 2016, avec Pierre Singaravélou), familier du crépuscule des révolutions (Seuil, 2014) au XIXe siècle, Quentin Deluermoz propose ici de renouveler non seulement l’histoire de la Commune depuis Jacques Rougerie, mais plus largement l’histoire de la révolution à partir de celle modélisée par Marx. Dès lors, il sera passionnant de voir avec lui ce que peut être une histoire mondiale et « par en bas » de la Commune !
14 h – Ombres Blanches, 3 rue Mirepoix
Présentation du livre d’Antonio Casilli, En attendant les robots (Seuil, La Couleur des idées)

En dissipant l’illusion de l’automation intelligente, Antonio Casilli (Telecom Paris) fait apparaître la réalité du travail numérique (digital labor) : l’exploitation des petites mains de l’intelligence « artificielle », ces myriades de prestataires des start-up de l’économie collaborative, tâcherons du clic soumis au management algorithmique de plate-formes en passe de reconfigurer et de précariser le travail humain.
16 h – théâtre Garonne
Débat. Qu’est-ce qu’un peuple ?
Avec Quentin Deluermoz, Claire Judde de Larivière, et Céline Spector
Figure essentielle du discours politique et catégorie socio-économique, le peuple est une notion polysémique qui sous l’apparence de l’évidence désigne une multitude de réalités différentes. En revenant sur son histoire, du popolo médiéval italien au peuple des Lumières, de la Commune de Paris à notre société contemporaine, il faudra donc démêler l’entrelacs complexe des niveaux de sens, en distinguant l’idée politique du collectif d’hommes et de femmes fondateur de toute société.
17 h 30 – théâtre Garonne
Débat. Nouvelle-Calédonie contemporaine : de l’Indigénat au processus d’indépendance
Avec Alban Bensa, Emmanuel Kasarhérou, Isabelle Merle
Emmanuel Kasarhérou (président du musée du Quai-Branly Jacques-Chirac), Isabelle Merle (historienne, CNRS) et Alban Bensa, anthropologue (EHESS), à partir de leurs recherches respectives, discuteront des enjeux du deuxième référendum d’autodétermination qui sera organisé le 4 octobre 2020 en Nouvelle-Calédonie. Ils inscriront ce scrutin dans le temps long de l’histoire croisée du monde kanak (de ses spécificités politiques et de ses créations plastiques ou narratives) et de la société calédonienne dans son ensemble. Les processus de colonisation et de décolonisation peuvent-il conduire à une indépendance dont les formes et les contenus restent encore à penser ?
21 h – théâtre Garonne 
Débat. Océanie. Des civilisations et des musées
Avec Alban Bensa, Francis Duranthon, Emmanuel Kasarhérou
Emmanuel Kasarhérou (président du musée du Quai-Branly Jacques-Chirac) et Francis Duranthon (directeur du Muséum de Toulouse) débattront du statut juridique et symbolique des objets d’art et d’archéologie provenant de toutes les civilisations. Ils s’interrogeront sur les projets politiques actuels de « restitution » de ces œuvres aux populations qui les ont produites et sur la notion « d’objets ambassadeurs » suggérée par le leader et penseur kanak Jean-Marie Tjibaou.