Infos liées au confinement

Suite aux dernières annonces gouvernementales, nous sommes dans le grand regret de devoir de nouveau fermer les portes du théâtre et d'annuler toutes les représentations du mois de novembre mais également celles du mois de décembre.
La billetterie du théâtre Garonne reste cependant joignable par téléphone au 05 62 48 54 77 du mardi au jeudi, de 13h30 à 18h30.

venir à l'histoire #2

rencontres
12oct>24oct
[Librairie Ombres Blanches]

Deuxième série de rencontres Venir à l'histoire. Musées, statues… quelle histoire nous est contée dans l'espace public? Faut-il déboulonner Christophe Colomb, ou Donald Trump? 
Toutes les rencontres ont lieu à Ombres blanches (3 rue Mirepoix). Nouveaux horaires. Entrée libre.

Lundi 12 octobre 18h - 4 octobre 1940, procès-verbal d’installation d’une dictature
avec Olivier Loubes et Natacha Laurent

Identique à celui de Dreyfus un demi-siècle plus tôt, le verdict prononcé contre Jean Zay le 4 octobre 1940 permet d’établir un véritable procès-verbal de la naissance du régime de Vichy. En dialogue avec sa fille, Hélène Mouchard-Zay, il s’agira aussi de réfléchir à ce qu’est un événement : joué en un jour, ce procès continue de faire jouer tous les verbes mobilisateurs de l’opinion, conjugués à tous les temps de l’instrumentalisation des « anti » : antisémitisme, antiprotestantisme, antimaçonnisme, antibolchevisme.

Jeudi 22 octobre 18h - Fantasmes et fantômes d’histoire
avec Corinne Bonnet, Patrick Fraysse, Aurélie Rodes (université de Toulouse Jean-Jaurès)
Gaulois, gladiateurs, cathares, chevaliers… l’histoire nourrit un riche imaginaire qui se déploie dans une pluralité d’espaces, notamment dans les musées. Nous réfl échirons donc aux formes de médiation possibles entre l’histoire et le public, créatives, interactives, originales, mais susceptibles aussi d’introduire des distorsions, des fantômes ou des fantasmes. Comment donner à voir l’histoire dans les musées, ces lieux de rencontre avec le passé ? Comment y donner accès au présent sans trahir le passé ?

>>>>> La rencontre Dominer, enquêter sur la souverainteté de l'État en Occident avec Pierre Dardot et Christian Laval est malheureusement annulée...

Vendredi 23 octobre 16h  Déboulonner les statues
avec Adeline Grand-Clément, Emmanuelle Perez-Tisserant, Solène Rivoal (université de Toulouse Jean-Jaurès) et Stanislas Kuttner-Homs (université de Caen-Normandie)
L’actualité récente a mis sur le devant de la scène les statues qui peuplent nos espaces publics : depuis la mort de George Floyd, aux États-Unis mais aussi en Europe, des statues de figures liées à l’histoire de l’esclavage ont fait l’objet de « déboulonnages » ou de dégradations. Que nous disent ces actes iconoclastes de notre rapport au passé, à la mémoire, et surtout à l’histoire de l’esclavage et du colonialisme ? Pourquoi cette cristallisation autour de la statuaire « offcielle » ? La table ronde reviendra sur les enjeux symboliques, politiques, identitaires et mémoriels qui entourent les statues, depuis l’Antiquité, pour mieux éclairer les débats actuels.

Vendredi 23 octobre 18h -  L’Invention du colonialisme vert : pour en finir avec le mythe de l’Éden africain (Flammarion)
avec l’auteur Guillaume Blanc (université de Rennes 2)
Persuadés d’avoir retrouvé en Afrique la nature disparue en Europe, les colons créent les premiers parcs naturels. Il faudrait sauver l’Éden! Mais ce e Afrique vierge de présence humaine n’existe pas, et c’est par milliers que ses habitants sont aujourd’hui encore expulsés de ces « espaces protégés », où ils subissent la violence des éco-gardes soutenus par l’Unesco, le WWF et tant d’autres ONG. Ce livre met au jour les contradictions des pays développés qui détruisent chez eux la nature qu’ils croient protéger là-bas, et inventent, avec une stupéfiante bonne conscience, un colonialisme vert.

Samedi 24 octobre 11h - Le pouls de l’Amérique
avec James Cohen (Sorbonne-Nouvelle), Françoise Coste (université de Toulouse Jean-Jaurès) et Hilary Sanders (université de Toulouse Jean-Jaurès)
À deux semaines des élections états-uniennes, et après un premier mandat Trump, une soirée pour mettre en lumière leurs enjeux, à l’échelle de la campagne et de la conjoncture singulière que nous vivons, mais aussi dans une plus longue durée de l’histoire des États-Unis, pas seulement politique mais aussi sociale, raciale, spatiale, environnementale et d’autres encore, sous la forme d’échanges entre intervenants spécialistes et le public.

Samedi 24 octobre 15h30 - L’Invention de Troie, les vies rêvées de Heinrich Schliemann (EHESS)
avec l’autrice Annick Louis (EHESS) et Jean-Marc Luce (université de Toulouse Jean-Jaurès)
Heinrich Schliemann (1822-1890) est cet archéologue autodidacte et polyglo e qui est censé avoir trouvé l’ancien site de Troie, en prouvant ainsi le caractère historique de l’Iliade, et qui est à l’origine de la découverte des tombeaux des rois de Mycènes. Voilà un personnage fascinant qui permet de s’interroger sur les usages du faux, à partir des pièces archéologiques qu’on l’accuse d’avoir forgées, de ses méthodes de fouille parfois peu respectueuses des sites, voire de ses propres écrits, où il s’invente une vie et des aventures à partir de bribes de récits qui vont de l’Odyssée à des correspondances privées.

Samedi 24 octobre 18h - Sans ciel ni terre. Paroles orphelines du génocide des Tutsi (1994-2006) (La Découverte)
avec l’autrice Hélène Dumas (CNRS) et Natacha Laurent (unviersité de Toulouse Jean-Jaurès)
Dans le désordre des archives, plusieurs liasses de fragiles petits cahiers d’écoliers renfermaient dans le silence de la poussière accumulée les récits d’une centaine d’enfants survivants. Par leurs mots, par le cruel réalisme des scènes décrites, par la puissance des a ects exprimés, se livre à l’historien une source vivante, une entrée incomparable dans les subjectivités survivantes tout comme elle permet, aussi, d’investir le discours et la gestuelle meurtrière de ceux qui éradiquèrent à jamais leur monde de l’enfance.

  • entrée libre