L’anthropologie de la nature à l’épreuve de la crise écologique

Rencontre
24sep
[Université de Toulouse Jean-Jaurès]

Rencontre avec Philippe Descola, animée par des membres du collectif Atécopol

Vendredi 24 septembre à 10 h 30 à l'université de Toulouse Jean-Jaurès, Maison de la recherche

La crise de la biodiversité et le changement climatique, parce qu’ils posent clairement la question de l’habitabilité de cette planète dans un futur proche, invitent à réfléchir aux mécanismes qui sous-tendent les écocides et aux manières possibles d’y faire face. Repenser le rapport entre humains et non-humains, s’affranchir du grand partage nature/culture fermement inscrit dans la pensée occidentale : dans quelle mesure l’anthropologie nous aide-t-elle à envisager d’autres voies possibles ? La question sera posée à Philippe Descola par des chercheuses et chercheurs membres de l’Atécopol pour mettre en perspective les recherches actuelles en anthropologie de la nature.

Philippe Descola est anthropologue, professeur au Collège de France et directeur d’études à l’EHESS. Ses recherches portent sur les Jivaros Achuar vivant en Amazonie équatorienne. Au cours de sa carrière, il a développé une anthropologie comparative des rapports entre humains et non-humains.

L’Atelier d’écologie politique (Atécopol) participe à la construction d’une communauté pluridisciplinaire de scientifiques travaillant ou réfléchissant aux multiples aspects liés aux bouleversements écologiques. L’atelier, basé à Toulouse, réunit des chercheuses et chercheurs d’une très grande variété de disciplines et de quasiment tous les établissements de recherche toulousains.