À nous deux maintenant

Jonathan Capdevielle

Théâtre
coproduction / compagnie associée / spectacle présenté avec Le Théâtre Sorano
26jan>3fév
billet
vendredi 26 janvier 2018 / 20:30 / 3h sans entracte
samedi 27 janvier 2018 / 20:30 / 3h sans entracte
mercredi 31 janvier 2018 / 20:00 / 3h sans entracte
jeudi 1 février 2018 / 20:00 / 3h sans entracte
vendredi 2 février 2018 / 20:30 / 3h sans entracte
samedi 3 février 2018 / 20:30 / 3h sans entracte

"Jonathan Capdevielle parvient à faire de cette histoire improbable, dans laquelle s'entrecroisent adolescent perdu, prêtre travesti, histoire d'amour lesbien et déterminisme social, un conte très personnel à la dimension universelle."
Sarah Authesserre, Intramuros

« L’habit ne fait pas le moine » voici l’expression qui vient à l’esprit à la lecture d’Un crime de Georges Bernanos. Un roman policier – ovni dans son œuvre - dont Jonathan Capdevielle s’est inspiré pour sa nouvelle création, À nous deux maintenant.
Un jeune prêtre débarque dans le presbytère d’une bourgade des montagnes ­– là où rien ne se passe jamais. S’ensuit une série de sombres événements qu’un juge d’instruction désemparé va tenter d’élucider. Tous suivent les conseils et remarques de l’ecclésiaste dont la présence fascine et questionne. Il se pourrait que la soutane dissimule une étrange vérité, insoupçonnable. L’écriture de Bernanos déploie une atmosphère surnaturelle qui pénètre le réalisme des situations et déracine le roman policier. Les personnages s’érigent comme des figures fantasmées et ambigües à travers lesquelles se dessinent des paysages intérieurs tourmentés. Jonathan Capdevielle s’attaque à une œuvre complexe qui met en dialogue la religion et la justice et questionne la présence du mal en s’extirpant de la morale chrétienne. Nul doute, ça lui ira à merveille – tant son travail se situe à la lisière de la réalité, du rêve et défend le droit à l’existence. Il convoque ses souvenirs et réinvente son histoire familiale dans l’autofiction : cette bourgade s’apparenterait alors aux reliefs tarbais…
« À nous deux maintenant » fait écho à la célèbre formule de Rastignac, personnage de Balzac à la fin du roman Le Père Goriot. Mais elle sonne aussi comme la bravade d’un artiste qui prend le texte et le monde à bras-le-corps !

“Par rapport à mes autres créations, ce spectacle n’est pas si à part car la question de l’enfance et de l’adolescence y est travaillée tout comme dans mes précédentes pièces. Il y a un personnage, un gamin, qui est comme Bernanos enfant dans ce texte. Il le dit lui-même d’ailleurs très bien. C’est de l’enfance que naissent ses personnages. Et son travail d’écrivain, malgré les années qui passent, y est toujours intimement lié.” Jonathan Capdevielle

Conception, adaptation et mise en scène Jonathan Capdevielle
Interprétation Clémentine Baert, Jonathan Capdevielle, Dimitri Doré, Jonathan Drillet, Arthur B. Gillette (en alternance avec Jennifer Hutt), Michèle Gurtner
Conseiller artistique - Assistant à la mise en scène Jonathan Drillet
Conception et réalisation de la scénographie Nadia Lauro
Construction scénographie Les ateliers de Nanterre-Amandiers – Marie Maresca, Michel Arnould, Gabriel Baca, Théodore Bailly, Mickaël Leblond
Création Lumières Patrick Riou assisté de David Goualou
Création sonore et musicale Vanessa Court, Arthur B. Gillette, Jennifer Hutt, Manuel Poletti
Composition musicale Arthur B. Gillette
Régie son Vanessa Court
Collaboration informatique musicale IRCAM Manuel Poletti
Synthétiseur Modulaire Ray imaginé et construit par Benoit Guivarc'h avec les circuits de Ray Wilson
Costumes Colombe Lauriot Prévost
Régie générale Jérôme Masson
Regard extérieur Virginie Hammel
Production, diffusion, administration Fabrik Cassiopée –Isabelle Morel, Manon Crochemore & Romane Roussel
Remerciements Safia Benhaim, Marie Etchegoyen, Lundja Gillette, Laurence Viallet
Production déléguée Association Poppydog
Coproduction Le Quai, Centre Dramatique National – Angers Pays de la Loire / Nanterre – Amandiers, CDN (FR) / Festival d’Automne à Paris (FR) / CDN Orléans (FR) / manège, scène nationale-reims (FR) / Théâtre Garonne, scène européenne Toulouse (FR) / L’Arsenic – Lausanne (CH) / Le Parvis scène nationale Tarbes Pyrénées (FR) / Ircam-Centre Pompidou – Paris (FR)
Avec le soutien de King’s Fountain
Avec l’aide du CND – Pantin, de la Villette – Résidence d’artistes 2016, du Quartz, scène nationale de Brest, et de Montévidéo, Créations Contemporaines - Atelier de Fabrique Artistique.

D’après le roman Un crime de Georges Bernanos
Création le 6 novembre 2017 au théâtre LE QUAI CDN Angers Pays de la Loire

Jonathan Capdevielle est artiste associé au théâtre LE QUAI CDN Angers Pays de la Loire et au théâtre Garonne
L’association Poppydog est soutenue par la DRAC Ile-de-France au titre de l’aide à la structuration
.

Jonathan Capdevielle est né en 1976 à Tarbes. Après ses études de théâtre à Tarbes entre 1993 et 1996, il intègre l’École supérieure Nationale des arts de la marionnette. Il collabore avec Gisèle Vienne. En février 2015, Jonathan Capdevielle crée Saga, présentée au théâtre Garonne et reprise en 2017 avec son premier solo Adishatz.

de 10 à 25 €