Gavrilo Princip

De Warme Winkel

Pays-Bas
Théâtre
11oct>12oct
[présenté avec et au ThéâtredelaCité]
billet
vendredi 11 octobre 2019 / 21:00 / 1h10
samedi 12 octobre 2019 / 21:00 / 1h10

"C’est alors, le 28 juin 1914, que fut tiré à Sarajevo le coup de feu qui, en une seconde, brisa en mille morceaux comme un pot de terre creux le monde de la sécurité et de la raison créatrice dans lequel nous avions été élevés, avions grandi et nous sentions chez nous." – Stefan Zweig, Le Monde d’hier

Dans cette matinée du dimanche 28 juin, un petit étudiant aux épaules étroites et à la moustache fine est posté, avec quelques frères d’armes, aux abords du cortège de l’Empereur François-Ferdinand. Leur objectif : assassiner l’Empereur. Sauf que, en bons béotiens de l’action violente, ils ratent leur coup et l’attentat échoue. Dépité et affamé, Gavrilo entre dans une boulangerie dont il ressort bientôt, au moment précis où passe le cortège, détourné là par mesure de sécurité... Cette fois, le petit étudiant ne laisse pas passer la chance que le hasard a littéralement mis sur son chemin. Il abat François-Ferdinand et son épouse, dans un geste qui restera aux yeux de l’Histoire comme le déclencheur de la Première Guerre mondiale. Le nom du petit étudiant : Gavrilo Princip.
Mais qui était le jeune Gavrilo ? Terroriste nationaliste, ou héros national ? Idéaliste exalté, ou « élément radicalisé » (comme on dit maintenant) ? En mêlant les codes du théâtre, du film policier, du documentaire historique et du cinéma, le bouillonnant collectif néerlandais De Warme Winkel ne se contente pas de livrer une sublime reconstitution d’un monde en passe de disparaître – à la fin du spectacle, les magnifiques décors du début ont fait place à un chaos épouvantable. Il se livre également à une fascinante exploration des aspirations, élans et contradictions d’une jeunesse en lutte contre son époque, et raconte comment l’acte isolé d’un seul individu renversa l’ordre établi et décida – pour longtemps – de l’avenir de la planète entière.

présenté avec et au ThéâtredelaCité lors de La Biennale / Arts Vivants / International

conception et performance Thomas Dudkiewicz, Vincent Rietveld, Mara van Vlijmen, Nimue Walraven et Ward Weemhoff
caméra Emo Weemhoff
mise en scène Marien Jongewaard
composition sonore Remco De Jong et Florentijn Boddendijk
recherche Czeslaw de Wijs
création lumière Prem Scholte Albers
scénographie Juul Dekker
assistante scénographie Sarah Nixon
costumes Bernadette Corstens HP
technique Hulscher
un projet House on Fire avec le soutien du Programme Culture de l’Union européenne
avec le soutien du Dutch Performing Arts
production et coordination Yoka van Zuijlen
coproduction Holland Festival, Kaaitheater (Bruxelles) avec le soutien de SNS Reaal Fonds, Ammodo, Prins Bernhard Cultuur Fonds, Fonds Podiumkunsten, Gemeente Utrecht, Dutch Performing Arts

  • Tarifs de 10 à 30€ / avec carte Biennale 11 À 17€

  • en anglais surtitré en français

Collectif d’acteurs néerlandais adepte de Romeo Castellucci autant que de Pina Bausch, De Warme Winkel crée des pièces souvent polémiques, certaines plongeant dans la vie et l’oeuvre de grands artistes du XXe siècle (de Rilke à Tanizaki), d’autres attaquant à l’os les problématiques politiques les plus brûlantes. Ils jouent dans des squats ou des bunkers, autant que dans les plus grands théâtres d'Europe. Basé sur un jeu d’acteurs ébouriffant, leurs spectacles aiment secouer la conscience des spectateurs – et parfois les spectateurs eux-mêmes... A Garonne, De Warme Winkel a présenté We Are Your Friends, Tanizaki et Privacy.