La Damoiselle élue
Claude Debussy
Carnet d’un disparu
Leoš Janáček

opéra

Claude Debussy / Leoš Janácek / Silvia Costa / Alain Franco

opéra
coproduction / nouvelle production Théâtre du Capitole / Garonne
15avr>21avr
[au théâtre Garonne]
billet
jeudi 15 avril 2021 / 20:00 / 1h10 (avec entracte de 35 min)
vendredi 16 avril 2021 / 20:30 / 1h10 (avec entracte de 35 min)
samedi 17 avril 2021 / 20:30 / 1h10 (avec entracte de 35 min)
dimanche 18 avril 2021 / 17:00 / 1h10 (avec entracte de 35 min)
mardi 20 avril 2021 / 20:00 / 1h10 (avec entracte de 35 min)
mercredi 21 avril 2021 / 20:00 / 1h10 (avec entracte de 35 min)

Silvia Costa signe un diptyque lyrique hors du champ de l’opéra traditionnel : La Damoiselle élue (1893), poème lyrique de Debussy, et Le Carnet d’un disparu (1921) de Leoš Janáček, cycle de mélodies sur des poèmes moraves : deux œuvres en miroir qui racontent un amour qui voudrait abolir les frontières entre les mondes.

D’un céleste balcon, une jeune femme se penche sur une barrière d’or vers le monde des vivants et prie dans un hymne à l’amour que lui soit rendu son bien-aimé, resté sur terre. Inspiré par ce poème lyrique du peintre et poète anglais Dante Gabriel Rossetti, Claude Debussy compose en 1892 une partition pour piano et voix, La Damoiselle élue, qui compte parmi ses plus belles oeuvres de jeunesse. Leoš Janáček a 63 ans quand il tombe éperdument amoureux de Kamila Stösslová, une jeune femme de presque quarante ans sa cadette. Hanté par cette rencontre, il compose Le Carnet d’un disparu, d'après une collection de poèmes anonymes publiés en dialecte morave dans le journal local. Janáček met en scène le désir violent de Janík, un paysan, pour une Tzigane, dont la liberté dangereuse l’attire autant qu’elle lui fait peur. Il offre une partition inventive, qui délaisse les territoires familiers du romantisme pour ceux d’une musique plus personnelle et moderne, faite d’impulsions, de tensions et de contrastes. Silvia Costa réunit ces deux œuvres dans un paysage à la topographie singulière, et nous fait descendre du ciel debussyste pour plonger à pleines mains dans la terre que laboure Janík. Dans ce paysage, tour à tour paradis, jardin enclos ou campagne, la metteuse en scène nous donne à voir et entendre des confidences amoureuses qui se reflètent réciproquement, les confidences de femmes et d’hommes qui cherchent à abolir les distances qui les séparent d’autrui, de l’objet de leur désir, de leurs fantasmes.

La Damoiselle élue de Claude Debussy
poème lyrique sur un texte de Dante Gabriel Rossetti traduit par Gabriel Sarrazin.
créé le 8 avril 1893 à Paris

Le Carnet d’un disparu de Leoš Janáček
cycle de mélodies sur des poèmes anonymes moraves
créé le 18 avril 1921 à Brno

mise en scène et scénographie Silvia Costa
costumes Laura Dondoli
lumières Matteo Bambi
dramaturgie Antonio Cuenca Ruiz

piano et direction musicale Alain Franco
Chiara Skerath soprano — La Damoiselle
Marie Kalinine mezzo-soprano — La Tzigane / Récitante
Kristofer Lundin ténor — Le Disparu

Chœur du Capitole
direction Alfonso Caiani

coproduction théâtre du Capitole, théâtre Garonne - scène européenne, Toulouse

  • Entrée générale : 30 € / Adhérents 25€ / Adhérents réduits 19 € / Tarifs réduit dernier minute, -27 ans (au guichet uniquement) 14 €

Silvia Costa est metteure en scène, comédienne et performeuse (voir portrait p. XXX). En septembre 2019, elle a collaboré avec l’Ensemble intercontemporain sur Hiérophanie de Claude Vivier pour le Festival d’Automne à Paris, elle a mis en scène l’oratorio Juditha Triumphans de Vivaldi pour le Staatsoper de Stuttgart dont la première aurait dû avoir lieu en mars 2020. Elle présente également cette année à Garonne Comédie de Samuel Beckett, suivi de la création Wry Smile Dry Sob (voir p. XXX)

Alain Franco est pianiste, chef d’orchestre et musicologue. Il a dirigé l’ensemble Champ d’Action (1989-1993) et a collaboré depuis avec de nombreux autres, parmi lesquels l’Ensemble Modern (Francfort), les ensembles Ictus et Musiques nouvelles (Bruxelles), ainsi que l’orchestre philharmonique de Liège. Il donnera également, le 3 avril 2021, un concert dans le cadre des brunchs musicaux du théâtre Garonne (voir p. XXX).

Antonio Cuenca Ruiz est dramaturge à la Monnaie de Bruxelles jusqu’en 2019, il collabore aussi avec le chorégraphe Sidi Larbi Cherkaoui (Les Indes Galantes, Bayerishe Staatsoper) et Peter Sellars (La Clémence de Titus et Idoménée, Salzbuerger Festspiele 2017 et 2019), Copernicus de Claude Vivier (Festival d’Automne Paris et Capitole/théâtre Garonne 2018). Ses recherches sont centrées sur les rapports qu’entretiennent le corps et l’espace, associant esthétique et phénoménologie. Parmi ses projets récents et futurs : L’Ange de feu de Prokofiev, une adaptation du Roman de Fauvel avec Peter Sellars et Juditha Triumphans avec Silvia Costa.

Chiara Skerath a tenu de nombreux rôles sur scène (Francfort, Bern, Paris, Vienne) et dans plusieurs festivals dont celui de Salzburg, sous les directions de Marc Minkowski, Laurence Equilbey, Christian Thielmann. Son répertoire s'étend de Monteverdi à Richard Strauss (Capriccio). Elle s'est aussi essayé avec succès à la comédie musicale (My Fair Lady).

Unanimement encensée pour son interprétation de Carmen, Marie Kalinine poursuit une carrière placée sous le signe des grands rôles tragiques. Mais elle est aussi à l'aise dans Offenbach et montre un goût particulier pour le répertoire français ; Berlioz (Les Nuits d’été, Les Troyens), Lalo, Massenet, Chabrier, Poulenc (Mère Marie dans Le Dialogue des carmélites.

Kristofer Lundin fait ses débuts au festival de Salzburg en 2017, dans le rôle de Odoardo (Ariodante de Haendel). Il a été récemment Premier Chevalier du Graal dans le Parsifal par Aurélien Bory sous la direction de Frank Beerman.