Nous aurons encore l’occasion de danser ensemble

d'après Ginger & Fred de Fellini

Daria Deflorian / Antonio Tagliarini

Italie
Théâtre
coproduction / création 2021
12jan>15jan
billet
mercredi 12 janvier 2022 / 20:00 / durée estimée 1h45
jeudi 13 janvier 2022 / 20:00 / durée estimée 1h45
vendredi 14 janvier 2022 / 20:30 / durée estimée 1h45
samedi 15 janvier 2022 / 20:30 / durée estimée 1h45

Longtemps, j'ai pensé que le rôle de l'artiste était de secouer le public. Aujourd'hui, je veux lui offrir sur scène ce que le monde, devenu trop dur, ne lui donne plus : des moments d'amour pur.
Pina Bausch

Un titre comme un cri du cœur et une réponse fellinienne par les corps aux incertitudes du temps présent. Des corps qui parlent, chantent et dansent la vie des artistes avec une fragrance du film Ginger et Fred du maestro italien : entre magie des spectacles et normalité du travail quotidien, saisir ce moment où les identités multiples vacillent pour révéler l’intime. Que donne-t-on à voir de soi lorsque l’on est en représentation ? Comment l’identité se construit-elle par la pratique artistique et la relation aux autres, de sorte qu’elle vient autant du dehors que du dedans ? À leur habitude, Daria Deflorian et Antonio Tagliarini explorent leur sujet avec finesse, cherchant une forme concrète où les idées se manifestent sans nécessiter de discours. Ils la trouvent ici dans la danse. Pas la danza des professionnels, mais il ballo : "Une danse entre la vie et l’art ; on peut baller toute sa vie sans être danseur." Une danse populaire, de celles où l’art s’impose face à l’urgence de s’exprimer, à l’image des claquettes qui permettaient aux esclaves Noirs américains de communiquer entre eux.

En effet, comme toujours dans les pièces du duo italien, l’intime est lié au politique : il questionne ici le sens de l’art dans la société. "Essayer d’aborder différemment la question du divertissement et du marché de la culture : accepter qu’il s’impose aujourd’hui comme le besoin d’une société en crise – au même titre que le music-hall dans les années 30 –, sans toutefois normaliser cette question. À partir de là, voir où nous en sommes avec la passion et trouver où peut encore surgir la beauté." Une recherche que mènent actuellement les deux metteurs en scène et leurs comédien.nes, et qui passera par Garonne, lors de trois semaines de résidence en septembre 2021.

un projet de Daria Deflorian et Antonio Tagliarini
librement inspiré du film Ginger et Fred de Federico Fellini
jeu et co-création Francesco Alberici, Martina Badiluzzi, Daria Deflorian, Monica Demuru, Antonio Tagliarini, Emanuele Valenti
assistanat à la mise en scène et collaboration à la dramaturgie Andrea Pizzalis
collaboration artistique Attilio Scarpellini
lumière Gianni Staropoli et Giulia Pastore
scénographie Paola Villani
son Emanuele Pontecorvo
costumes Metella Raboni
direction technique Giulia Pastore
photos et vidéos de scène Andrea Pizzalis
traduction, surtitrage Federica Martucci
accompagnement et diffusion Giulia Galzigni / Parallèle
administration Grazia Sgueglia
visuel arrêt sur image tirée d’une video du Prelinger Archive
un remerciement à Lorenzo Grilli pour le training claquettes
production Associazione culturale A.D., Teatro di Roma – Teatro Nazionale, Emilia Romagna Teatro Fondazione, Fondazione Teatro Metastasio di Prato
coproduction Comédie de Genève, Odéon – Théâtre de l’Europe, Festival d’Automne à Paris, Théâtre populaire romand – Centre neuchâtelois des arts vivants, théâtre Garonne – scène européenne et Centre Dramatique National Besançon Franche-Comté
avec le soutien de Interreg France-Suisse 2014-2020, programme européen de coopération transfrontalière dans le cadre du projet MP#3, et de Romaeuropa festival
résidences Ostudio Roma, Théâtre Garonne – scène européenne

création le 29 septembre 2021 aux Théâtre populaire romand – Centre neuchâtelois des arts vivants

  • spectacle en italien surtitré en français

  • tarifs généraux de 12 à 20 €
    tarifs adhérents de 5 à 15 €

Daria Deflorian et Antonio Tagliarini ont déjà présenté à Garonne Reality (2016), Il Cielo non è fondale (2017), Scavi (2019) et Quasi Niente (2019).