Marlène Saldana

« Sur scène, j’ai envie de m’éclater, de créer avec mes ami.es, de tenter des choses improbables et d’y arriver. Je veux faire un vrai théâtre populaire, qui raconte des choses très sérieuses sans se prendre au sérieux. »

Marlène Saldana

Marlène Saldana a hésité entre plusieurs carrières : l’équitation, l’anthropologie et le théâtre. Peut-être son travail actuel est-il une façon de concilier les trois ? Comédienne, danseuse, chanteuse, mais aussi metteuse en scène et dramaturge, elle écrit ses pièces à quatre mains avec Jonathan Drillet au sein de The UPSBD, la compagnie qu’ils ont créée en 2008. Nicolas Sarkozy était alors au pouvoir et ils s’emparaient de discours et chansons de droite pour les transformer en dialogues au cours de performances désopilantes. Un minutieux travail d’enquête sur le terrain, d’écoute et de lectures qui a fondé leur processus créatif : un sujet qui interpelle, des recherches approfondies, un parti pris formel détournant volontiers les codes stylistiques établis et de nombreuses heures d’écriture avant d’aller au plateau. Et ensuite, une bande d’artistes ami.es recrutés pour leur savoir-faire singulier – body painting, arts plastiques, stylisme, musique, danse, des objets incroyables – fontaines en chocolat de l’Élysée, montagne de terre battue de Roland-Garros, copies de la collection de tableaux de Saint-Laurent, et bien souvent des animaux – lapins, alligators, sirènes et autres chimères. L’imaginaire de Marlène Saldana est empreint de films de genre et de mythologies, mais aussi de clips de rap, de bibliothèques et de philosophie. Une culture éclectique qui lui permet d’oser tous les mélanges, entre autodérision camp, lowbrow arts et burlesque. Ainsi, avant d’incarner cette showgirl fut-elle Staline, Louis II de Bavière, Saint-Laurent ou Pénélope. Mais c’est sa sublime interprétation de Jacques Demy dans Les Idoles de Christophe Honoré, manteau en fourrure, escarpins et danse divine, qui l’ont définitivement révélée à un large public. Une précision technique et une profondeur de jeu au service d’une présence irradiante, qui lui valurent d’être primée meilleure comédienne par le syndicat de la critique en 2019.

Agathe Raybaud

Marlène Saldana et Jonathan Drillet
17sep>18sep