Infos liées au confinement

Suite aux dernières annonces gouvernementales, nous sommes dans le grand regret de devoir de nouveau fermer les portes du théâtre et d'annuler toutes les représentations du mois de novembre mais également celles du mois de décembre.
La billetterie du théâtre Garonne reste cependant joignable par téléphone au 05 62 48 54 77 du mardi au jeudi, de 13h30 à 18h30.

Catarina et la beauté de tuer des fascistes

Tiago Rodrigues

Portugal
Théâtre
création / coproduction / première française
4nov>8nov
[avec et au ThéâtredelaCité]
billet
mercredi 4 novembre 2020 / 17:30 / 2h30
jeudi 5 novembre 2020 / 17:30 / 2h30
vendredi 6 novembre 2020 / 17:30 / 2h30
samedi 7 novembre 2020 / 15:00 / 2h30
dimanche 8 novembre 2020 / 15:00 / 2h30

"Une interrogation sur la vengeance et sa légitimité, la culpabilité à vie, mais aussi sur les formes du fascisme aujourd'hui." Libération
Représentation du 3 nov annulée. Supplémentaire dim 5 nov.
Nouveaux horaires : 17h30 du mer au vend / 15h sam & dim

Ils sont une famille. Dans leur village au sud du Portugal, ils prennent soin des oliviers et chantent les poèmes de résistance que leurs mères entonnaient dans les champs, au temps encore proche de la dictature achevée en 1974 par la Révolution des Œillets. Depuis plus de 70 ans, ils enlèvent et assassinent des fascistes. Aujourd’hui, c’est au tour de Catarina, la benjamine, de perpétuer la tradition. Le choix se porte sur un populiste nationaliste, de ceux que l’on voit surgir un peu partout en Europe et dans le monde. Mais Catarina, née en démocratie, interroge cette violence et lance une bombe : peut-on légitimement sortir de la démocratie pour lutter contre ceux qui la menacent ? Jusqu’où est-il juste d’aller, y a-t-il une ligne rouge à ne pas franchir ? Et en même temps, comment combattre autrement ce pouvoir opportuniste qui profite des règles légales de la démocratie pour mieux la dévoyer ? Tiago Rodrigues inaugure ici un genre nouveau pour lui : une projection dystopique dans un avenir sombre et incertain, à quelques encablures du nôtre dans lequel le présent a subitement tout écrasé. Une interpellation du réel par la fiction, avec toujours l’éthique d’un théâtre qui habite le temps et ses urgences de manière poétique. Un théâtre de l’acteur, où il s’agit avant tout de voir des gens sur scène et de sentir de quelle façon ils participent au monde.

> Lire le portrait de Tiago Rodrigues

texte et mise en scène Tiago Rodrigues
avec António Fonseca, Beatriz Maia, Isabel Abreu, Marco Mendonça, Pedro Gil, Romeu Costa, Rui M. Silva, Sara Barros Leitão
scénographie F. Ribeiro
création lumières Nuno Meira
traduction Thomas Resendes
costumes José António Tenente
son Pedro Costa
assistante mise en scène Margarida Bak Gordon
production exécutive Rita Forjaz
production Teatro Nacional D. Maria II
coproduction Wiener Festwochen, Emilia Romagna Teatro Fondazione (Modena), ThéâtredelaCité - CDN Toulouse Occitanie & Théâtre Garonne Scène européenne Toulouse, Festival d’Automne à Paris & Théâtre des Bouffes du Nord, Teatro di Roma – Teatro Nazionale, Hrvatsko Narodno Kazalište (Zagreb), Comédie de Caen, Théâtre de Liège, Maison de la Culture d'Amiens, BIT Teatergarasjen (Bergen), Le Trident - Scène-nationale de Cherbourg-en-Cotentin, Teatre Lliure (Barcelona), Centro Cultural Vila Flor (Guimarães), O Espaço do Tempo (Montemor-o-Novo)

  • Tarifs de 10€ à 24€

  • En portugais, surtitré en français

Tiago Rodrigues est acteur (vu pour la première fois à Garonne dans 2 Antigones de tg STAN en 2001), metteur en scène, auteur. En 2003, il fonde la compagnie Mundo Perfeito avec laquelle il crée une trentaine de pièces et de performances. Artiste multiforme, il écrit des scénarios, de la poésie, des paroles de chansons et des articles pour les journaux. En 2014, il est nommé directeur du Teatro Nacional D. Maria II. à Lisbonne Il a présenté au théâtre Garonne By Heart en 2015 et 2019, et a fait l’objet d’un parcours artistique en 2017 avec Bovary, Antoine et Cléopâtre, The way she dies. En novembre 2019, il est revenu à Garonne avec Sopro (Souffle).
> lire le portrait de Tiago Rodrigues