Ensemble Multilatérale

Musique
19fév
billet
samedi 19 février 2022 / 20:00

L'ensemble Multilatérale, dont le directeur artistique est le compositeur Yann Robin, sera dirigé par Leo Warynski pour un concert inscrivant deux grands noms de la musique française de la seconde moitié du XX e siècle à son programme : Gérard Grisey, pour une manière d'hommage avec deux de ses œuvres, et Tristan Murail, ainsi que plusieurs compositeurs de la génération suivante, situés dans leur sillage : Franck Bedrossian, Fausto Romitelli et Yann Robin.

PROGRAMME

Fausto Romitelli, Domeniche alla periferia dell’impero, Prima Domenica
Pour flûte, clarinette, piano, violon et violoncelle
6’17
Fausto Romitelli, Domeniche alla periferia dell’impero, Seconda Domenica : Omaggio a Gérard Grisey
Pour flute, clarinette, violon et violoncelle
6’06
Gérard Grisey, Talea, ou la machine et les herbes folles
pour flûte, clarinette, piano, violon et violoncelle
16’15
Yann Robin, Fterà II
pour clarinette basse, piano et violoncelle
11’03
Tristan Murail, Treize couleurs du soleil couchant
Pour flûte, clarinette, piano, violon et violoncelle
12’56
Franck Bedrossian, The Spider as an Artist
pour violoncelle solo
7’13
Gérard Grisey, Anubis et Nout
Deux pièces pour clarinette contrebasse
12’00

flûte Matteo Cesari
clarinette Bogdan Sydorenko
piano Lise Baudouin
violon Pieter Jansen
violoncelle Pablo Tognan
direction Léo Warynski
direction artistique Yann Robin

  • 20 € / 16 €, 12 € (adhérent.es, réduit)

Après bientôt quinze ans d’existence, l’ensemble Multilatérale impose pleinement cette « multilatéralité » qui le caractérise, chère à son directeur artistique Yann Robin. Très attachée à diffuser le répertoire d’ensemble et à défendre des esthétiques variées, Multilatérale a également à cœur d’embrasser d’autres champs artistiques (théâtre musical, danse, arts numériques, littérature, cinéma…). L’arrivée en 2014 de Léo Warynski en tant que directeur musical offre une dimension nouvelle et originale au projet en permettant des collaborations régulières avec l’ensemble vocal Les Métaboles dont il est également le directeur musical. Cette ouverture artistique doublée d’une équipe de musiciens d’excellence, curieux et engagés offrent un espace d’expression et d’expérimentation idéal pour les créateurs, donnent naissance à des projets innovenats, toujours plus audacieux. C’est ainsi que Multilatérale s’est progressivement imposé comme un acteur majeur de la création musicale française, se produisant dans des festivals tels Présences, Musica, la Biennale de Venise, ou Archipel à Genève.

Léo Warynski (direction musicale)
« Précise, sensible et audacieuse », peut-on lire à propos de la direction de Léo Warynski. Ouvert et polyvalent, il dirige avec le même enthousiasme tous les répertoires, avec un goût pour l’opéra, le répertoire symphonique et le répertoire contemporain. Léo Warynski se forme à la direction d’orchestre auprès de François-Xavier Roth au Conservatoire de Paris. En 2016, il dirige avec succès l’opéra Mririda d’Ahmed Essyad à l’Opéra du Rhin, et fait ses débuts à la tête de l’Ensemble intercontemporain. En 2018, il dirige l’opéra Papillon noir de Yann Robin, Seven Stones d’Ondrej Adamek, ainsi que la première française de 200 Motels de Frank Zappa au festival Musica et à la Philharmonie de Paris. Léo Warynski est directeur artistique de l’ensemble vocal Les Métaboles qu’il a fondé en 2010.

Gérard Grisey (1946-1998)
Manifestant un intérêt précoce pour la musique Gérard grisey fête à l'âge de 9 ans ses premiers essais de composition. Après des études au conservatoire de Trossingen, il se forme auprès d'Henri Dutilleux à l'École normale de musique 1968 et d'Olivier Messiaen au Conservatoire de Paris (CNSMDP) en même temps qu'il s'initie à l’électroacoustique. Les séminaires de Ligeti et Stockhausen auxquels il assiste en 1972 à Darmstadt le confortent dans ses propres préoccupations musicales, et auront sur lui une influence durable. Gérard Grisey a été l’un des fondateurs de la musique dite « spectrale » basée sur le spectre d’harmoniques et la périodicité. Son cycle Les Espaces acoustiques composé entre 1974 et 1985 en est une des œuvres les plus emblématiques. Il est cofondateur de l’ensemble L’Itinéraire créé en 1973.

Tristan Murail (1947)
Tristan Murail se forme à la composition au Conservatoire de Paris (CNSMDP) dans la classe d’Olivier Messiaen de 1967 à 1971. Ses modèles se trouvent parmi les esthétiques qui s’attachent à créer des mouvements globaux de masses, de volumes, ou de textures sonores : Iannis Xenakis, Giacinto Scelsi et surtout György Ligeti. Dans les années 1980, il utilise l’informatique pour approfondir ses recherches en matière d’analyse et de synthèse des phénomènes acoustiques puis développe un système personnel d’aide à la composition sur micro-ordinateur. Il est l’un des principaux fondateurs et théoriciens de la musique spectrale et est cofondateur de l’ensemble L’Itinéraire en 1973.

Fausto Romitelli (1963-2004)
Compositeur des plus prometteurs de la jeune génération italienne, il étudie la composition avec Franco Donatoni à Sienne, puis à Milan. Outre Donatoni, ses premiers grands modèles furent Ligeti, Scelsi, puis Stockhausen, Boulez et Grisey. Ses œuvres des années 1980 témoignent déjà de l’importance du son comme « matière à forger » selon l’expression du compositeur. Dans les années 1990, il poursuit son investigation du sonore à Paris, à l’Ircam et avec les musiciens de L’Itinéraire. Il suit le cursus de l’Ircam puis intègre l’institution en qualité de compositeur de recherche. Ces expériences sur la synthèse sonore et l’analyse spectrale irriguent les pièces composées à partir de cette période. Compositeur non formaliste, Romitelli ne craignait pas l’hybridation, décloisonnant la frontière entre musique savante et populaire. Distorsion, saturation, inspiration du rock psychédélique, harmonie « sale » font partie de son univers musical.

Franck Bedrossian (1971)
Franck Bedrossian étudie la composition auprès d’Allain Gaussin avant d’intégrer les classes de Gérard Grisey puis Marco Stoppa au Conservatoire de Paris (CNSMDP). Il suit le cursus de l’Ircam auprès notamment de Tristan Murail et complète sa formation auprès de Helmut Lachenmann. L’œuvre de Franck Bedrossian est marquée par sa recherche sur le son, le contrôle de son émission et de sa fin, de la distorsion et de son impact physique. Il travaille sur des sons bruts et saturés, sur l’idée de transition, de transformation et de modelage de la pâte sonore, et sur le rôle du geste.  Il est inspiré par la musique de tradition orale et par les courants musicaux du XXe siècle, notamment le jazz et le rock. Il revendique une double filiation venant de Lachenmann pour le travail sur le son et de Grisey pour les notions de processus et de directionnalité harmonique.

Yann Robin
Parallèlement à des études de jazz au CNR de Marseille, Yann Robin étudie la composition auprès de Georges Bœuf puis intègre la classe de Frédéric Durieux au Conservatoire de Paris (CNSMDP) avant de suivre le cursus informatique de l’Ircam. Durant ses années de formation, sa rencontre avec Jonathan Harvey le marquera profondément. Sa musique, puissante et massique, où la pulsation et le rythme côtoient des moments plus extatiques, se déploie par grands flux d’énergie. Par jeux de contrastes, les timbres naviguent entre pureté et impureté. L’attirance pour les fréquences graves, abyssales, qu’il définit comme « un monde d’en bas », l’amène dans Inferno, pour grand orchestre et électronique, à l’exploration des infrasons qu’il utilise ici comme « dramaturgie souterraine ».