Chansons oubliées du vieux Tbilissi

Dasta Avala

Géorgie / France
Musique
coproduction / Première à Garonne
6mai
billet
accessible aux déficients visuels
mardi 6 mai 2025 / 20:00 / 1h

Nous sommes seuls à savoir juste lui et moi
Qu’il m’a emportée dans les flammes de l’amour
Il me sauvera ou m’enterrera
Ou bien me jettera vivante dans l’eau
Je brûle vivante dans l’eau
Yetim Gurji

Dans les rues de Tbilissi, la musique joue depuis des siècles. Lorsqu’elle intègre l’empire tsariste au début du XIXe siècle, elle est une cosmopole polyglotte, centre culturel et politique d’un Caucase en pleine transformation, où Arméniens,
Azéris, Géorgiens, Russes et plus encore partagent le « mode de vie tbilissien ». On peut y entendre les duduk, ces « hautbois des Arméniens », et le doli, le tambour-Janus à deux faces qui voit de l’Europe à l’Inde, accompagner des chants d’une mélancolie infinie. Dans une Géorgie qui a fait de Tbilissi sa capitale, le dzveli kalakuri, « chanson urbaine », qu’il serait tentant de faire remonter au barde Sayat-Nova qui y composa ses poèmes dans les trois langues, a presque disparu. Zoé Perret, après avoir gravi les plus hauts sommets musicaux du Caucase pendant seize années, est partie à la recherche de musicien·nes qui pouvaient nous raconter cette histoire, et peut-être en inventer une nouvelle.

Zoé Perret, chant, violon
Ivane Mkrchyan, duduk
Davit Khositashvili, guitare
Nasi Chavchavadze,doli, daira

coproduction Georgian Regional Theaters Network et théâtre Garonne – scène européene, Toulouse

  • Tarif musique / Carnet Folk Songs , 5 places partageables, 10€ la place