14 fév > 22 fév

Demi-Véronique

Jeanne Candel / Cie la vie brève

x réservez
Théâtre

"La voix humaine serait tout à fait hors de propos ici. Il n’y a pas d’appel pour les mots, tout est dit en termes purement musicaux."
Gustav Malher

Coproduction / Compagnie associée

de et avec Jeanne Candel, Caroline Darchen et Lionel Dray
scénographie Lisa Navarro
création lumière Vyara Stefanova
costumes Pauline Kieffer
son Julien Fezans
masque, marionnettes, objets Loïc Nebreda, Simona Grassano
construction du décor Philippe Gauliard, Vincent Lefèvre
regard extérieur Laure Mathis
production la vie brève
co-production La Comédie de Valence – Centre dramatique national Drôme-Ardèche, Le théâtre Garonne – scène européenne Toulouse, Le Théâtre de Lorient – Centre dramatique national, la Fondation Royaumont, Les Productrices Associées
conventionnée par la DRAC Île-de-France
avec le soutien de la Direction Générale à la Création Artistique. Jeanne Candel est membre du Collectif artistique de La Comédie de Valence - CDN Drôme-Ardèche, Jeanne Candel est artiste associée au Théâtre de Lorient - Centre dramatique national
la vie brève est une compagnie associée au théâtre Garonne, scène européenne Toulouse

création le 2 février 2018 à La Comédie de Valence

14 Février > 22 Février
théâtre Garonne
Durée : 1h30
Mercredi 14 Février 2018 / 20:00
Jeudi 15 Février 2018 / 20:00
Vendredi 16 Février 2018 / 20:30
Samedi 17 Février 2018 / 20:30
Mardi 20 Février 2018 / 20:00
Mercredi 21 Février 2018 / 20:00
Jeudi 22 Février 2018 / 20:30

Jeanne Candel prend la liberté de remettre en jeu les savoir-faire, les désirs : « C’est important pour moi de partir à l’aventure, de négocier entre le rêve et la réalité ».  C’est ainsi que voit le jour en 2015 dans une église « déconsacrée » de Valence, Dieu et sa maman, qu’elle crée et interprète avec Lionel Dray (Le Capital, AntiFaust). Une performance proche d’un « mystère » où l’intensité tragique des corps affairés en silence répond à la mesure de l’émotion des Kindertotenlieder de Malher. C’est aussi un retour à l’une des sources du théâtre, le mouvement.
« Demi-Véronique » est le nom d’une passe en tauromachie qui voit le taureau absorbé en plein élan par l’éventail de la cape du torero et contraint, par une courbe serrée de sa hanche, jusqu’à l’arrêt de sa charge. En musique, ce pourrait être un soupir.
Ils sont trois co-auteurs cette fois, à relever le défi de s’aventurer, entre le théâtre et la danse, sur le chemin ouvert par la Ve symphonie de Malher ; une œuvre inouïe qui débute par une marche funèbre et s’achève dans une apothéose joyeuse : « Un premier mouvement de notre ballet pourrait être : effriter le monde ‑ émietter le monde et un deuxième mouvement : reconstruire‑refonder avec les miettes. »
Jeanne Candel

Biographie

Jeanne Candel est née à Toulouse où elle suit des études de lettres avant d’intégrer le Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris. De 2006 à 2011, elle crée quatre spectacles avec le metteur en scène Arpàd Schilling. Avec la vie brève, elle est artiste associée au théâtre Garonne qui a présenté une grande partie de son travail : Robert Plankett, Le goût du faux et autres chansons, co-mis en scène avec Samuel Achache, Le Crocodile Trompeur / Didon et Enée et Orfeo / Je suis mort en Arcadie.