La naissance de la tragédie

Maxime Kurvers

Théâtre
20mar>21mar
billet
vendredi 20 mars 2020 / 20:00 / 1h30
samedi 21 mars 2020 / 20:00 / 1h30

"Il faudra alors contredire Antoine Vitez qui pensait qu’il suffisait qu’un acteur entre en scène avec sa chaise et parle, et que tout le théâtre était là : on n’a en réalité besoin ni de chaise, ni de texte écrit ; seulement un corps dans l’espace face à d’autres corps et autant d’imaginaires..." – Maxime Kurvers

C’est un acteur, seul sur une scène à peu près nue, qui raconte. Il prend son temps, parce qu’il sait qu’au théâtre, le temps, c’est tout. Et que raconte-t-il ? Il propose de nous narrer comment tout a commencé : rien de moins que la naissance de la tragédie – et oui, au début ça paraît exagérément ambitieux. Or il se trouve qu’il nous raconte vraiment la naissance de la tragédie : avec sa mémoire d’acteur et ses mots de conteur, il nous ramène en 472 avant notre ère – et aux Perses d’Eschyle, la plus ancienne tragédie qui nous soit parvenue. Les origines du théâtre occidental. Il ne joue pas la pièce : il nous prend par la main et la traverse en notre compagnie. En réactive les affects. En ravive les enjeux. En réarme l’actualité. Refusant radicalement tout ornement spectaculaire, Maxime Kurvers confie à son seul acteur – l’excellent Julien Geffroy – et à la communauté des spectateurs de faire surgir le spectacle : et donne à voir la bataille navale de Salamine, mais aussi la toute première représentation en Grèce antique, son public d’époque, son dispositif scénique jusqu’à ce jour inchangé... Dans le sillage des « pièces parlées » de Peter Handke ou des « anti-films » de Guy Debord, Maxime Kurvers pense cette naissance comme une fin en soi, affirmant que l’origine de la tragédie est à chercher ailleurs que dans l’illusion du spectacle.

conception et mise en scène Maxime Kurvers avec Julien Geffroy
écriture et dramaturgie Maxime Kurvers avec Julien Geffroy, Caroline Menon-Bertheux
costumes Anne-Catherine Kunz
lumières Manon Lauriol
répétiteurs Claire Rappin, Charles Zévaco
production La Commune CDN d’Aubervilliers MDCCCLXXI
coproduction Festival d’Automne à Paris Festival Actoral, Marseille
avec le soutien de La Ménagerie de verre dans le cadre de Studiolab (Paris), de Montévidéo, Créations contemporaines (Marseille), du CND, un centre d’art pour la danse (Pantin), du Théâtre National de Strasbourg, des Tréteaux de France - centre dramatique national, pour la mise à disposition de leurs espaces de répétitions
Maxime Kurvers est artiste associé à La Commune centre dramatique national d’Aubervilliers
spectacle créé le 23 novembre 2018 à La Commune centre dramatique national d’Aubervilliers dans le cadre du Festival d’Automne à Paris

  • Tarifs de 10 à 25€

Né en 1987, Maxime Kurvers poursuit des études théoriques en arts du spectacle à l’université de Strasbourg avant d’intégrer la section scénographie de l’école du Théâtre National de Strasbourg. Il créé en 2015 sa première mise en scène, Pièces courtes 1-9, sous la forme d’un programme théâtral qui interroge les conditions minimales de sa propre réalisation. Dictionnaire de la musique, en 2016, prolonge ce questionnement du théâtre et de ses ressources par la présence et l’histoire d’autres médiums. Il est artiste associé à la Commune – CDN d'Aubervilliers depuis septembre 2016.