The Jewish Hour

Yuval Rozman

Théâtre
coproduction
26nov>27nov
[Avec et au Théâtre Sorano, en clôture de Supernova #6 - Festival jeune création]
billet
vendredi 26 novembre 2021 / 20:30
samedi 27 novembre 2021 / 20:30

Atrocement jouissif, politiquement incorrect dans les grandes largeurs, délicieusement insolent et vertement moqueur. (...) La guerre aux clichés est déclarée. Tous vont y passer.
Fabienne Arvers, Les Inrockuptibles

La version radiophonique de la pièce diffusée lors d'In Extremis / Hospitalités (en partenariat avec l’isdaT et le théâtre Sorano) en mai 2021 par RADIO RADIO (106.8FM) sera de nouveau disponible dès lundi 29 novembre, en podcast sur le site de RADIO RADIO.

Sur une scène à la fois éclairée et comme écrasée par la présence d’un immense néon en forme d’étoile de David, un studio de radio. Y défilent d’abord, au micro d’une animatrice française, divers chroniqueurs et invités qui commentent l’actualité politique, économique ou sportive sous le prisme (très) déformant du "Peuple élu" : autant de prétextes à un festival de clichés féroces et hilarants, jusqu’à ce que l’apparition d’un célèbre intellectuel français fasse dérailler l’émission – et la pièce – pour glisser vers un pur moment de comédie. Une comédie enlevée mais amère, où la plume au vitriol de Yuval Rozman et le jeu ébouriffant des trois interprètes nous entraînent dans le noeud complexe des obsessions et névroses d’un peuple – en n’oubliant pas au passage de jeter une lumière subtile mais vive sur cet objet non moins complexe qu’est la judéité en France : comme le souligne l’artiste, installé dans notre pays depuis quelques années, "c'est en France que j’ai découvert que j’étais juif". Deuxième volet de La Trilogie de ma terre, et lauréat du prix Impatience récompensant la jeune création théâtrale contemporaine, The Jewish Hour impose Yuval Rozman comme un dramaturge d’une audace désarmante, et un metteur en scène brillant : dynamitant avec la même intelligence le politiquement correct ambiant et la (feinte) "radicalité" de tous bords, il parvient dans le même mouvement à inscrire au coeur de son spectacle cet étrange mélancolie d’un peuple qui, même en ses terres, n’a encore pas achevé son long exil.

> Réécouter ici l'interview réalisée par Sarah Autheserre pour Radio Radio, lors du plateau radio à l'isdaT 

écrit et mis en scène par Yuval Rozman
avec Stéphanie Aflalo, Gaël Sall et Romain Crivellari
création sonore et musique Romain Crivellari
scénographie et lumières Victor Roy
régie générale Christophe Fougou
assistant mise en scène Antoine Hirel
collaboration ponctuelle Nathalie Kousnetzoff
regard extérieur ponctuel Camille Louis
production, diffusion AlterMachine - Camille Hakim Hashemi
administration et communication Erica Marinozzi
production Latitudes Prod. - Lille / Cie Inta Loulou
coproduction le phénix scène nationale, Valenciennes pôle européen de création, Maison de la Culture d’Amiens, Pôle européen de création et de production, Maison de la Culture de Bourges, scène nationale, théâtre Garonne – scène européenne.
accueil en résidences Théâtre de Nanterre-Amandiers, centre dramatique national, La Chambre d’Eau, Le Favril, Théâtre de la Bastille Paris, résidence d’écriture La Chartreuse Centre national des écritures du spectacle à Villeneuve-lès-Avignon.
réalisé avec l’aide du Ministère de la Culture / DRAC Hauts-de-France dans le cadre de la résidence à la Chambre d’Eau, Le Favril
Ce spectacle a bénéficié de l’aide de l’association Beaumarchais SACD pour l'écriture et la production et de la SPEDIDAM.

création les 3 et 4 mars 2020

  • tarifs généraux du théâtre Sorano de 10 à 22 €
    tarifs adhérents de 5 à 15 €

Après des études au Conservatoire National de Tel-Aviv, Yuval Rozman crée sa compagnie en 2010 et développe ses propres travaux comme auteur-metteur en scène. Son spectacle Cabaret Voltaire, avec l’acteur palestinien Mohammad Bakri, reçoit les félicitations du jury et le 1er prix du C.A.T International Theatre Festival d’Israël : meilleure pièce, meilleure mise-en-scène, meilleure musique originale et meilleure chorégraphie. Au festival actOral - Marseille, il présente deux mises en espaces Jecroisenunseuldieu de Stefano Massini en 2013 puis Sight is the Sense de Tim Etchells avec Laetitia Dosch en 2014. Cette même année, il assiste à la mise en scène d’ Hubert Colas sur Nécessaire et Urgent d’Annie Zadek. Il joue dans La Mégère apprivoisée, de Shakespeare, mis en scène par Mélanie Leray, au TNB et au Théâtre de la Ville à Paris en 2015, Face au mur de Martin Crimp en 2016, et Une mouette et autres cas d’espèce en 2017, tous les deux mis en scène par Hubert Colas. En tant qu’auteur, il écrit Sous un ciel bleu et des nuages blancs, Cabaret Voltaire, puis co-écrit Un Album avec Laetitia Dosch. TBM - Tunnel Boring Machine a reçu les encouragements de la commission CNT/ARCENA en 2018. La pièce a été jouée à Valenciennes et Tournai, dans le cadre du festival Next, à Vanves dans le cadre d’Artdanthé, à ArrasTANDEM à Bourges-MCB, et à Lille - Théâtre du Nord et Festival Latitudes Contemporaines. Il a été accueilli en résidence d’écriture à Montévidéo à Marseille, à la Chartreuse de Villeneuve-les-Avignon et au Tripostal à Lille. En 2018, il a collaboré également avec Laetitia Dosch à l’écriture et à la co-mise en scène la pièce de HATE, présentée entre autre à Vidy - Lausanne, et aux Amandiers - Nanterre dans le cadre du Festival d’Automne. Sa dernière pièce The Jewish Hour est lauréate du prix du jury au festival Impatience et a obtenu la bourse Beaumarchais-SACD. Actuellement, Yuval Rozman travaille sur sa prochaine pièce Ahouvi, création en février 2023, alors qu’Adesh, dernier volet de Quadrilogie de ma Terre, a a reçu le soutien de l’Institut Français dans le cadre d’une « Résidence Sur Mesure ».