EDELWEISS (France Fascisme)

Sylvain Creuzevault

Théâtre
coproduction Garonne
28fév>5mar
billet
accessible aux déficients visuels
mercredi 28 février 2024 / 20:00 / durée estimée : 2h15
jeudi 29 février 2024 / 20:00 / durée estimée : 2h15
vendredi 1 mars 2024 / 20:30 / durée estimée : 2h15
samedi 2 mars 2024 / 18:30 / durée estimée : 2h15
lundi 4 mars 2024 / 20:00 / durée estimée : 2h15
mardi 5 mars 2024 / 20:00 / durée estimée : 2h15

"Dans Edelweiss (France Fascisme), Sylvain Creuzevault met en scène les politiciens et intellectuels français dévoyés qui ont activement collaborés avec l’ennemi pendant la Seconde Guerre mondiale. Un précipité de sinistres destins rassemblés dans une fresque inédite qui sonne comme une puissante alerte. » Philippe Chevilley, Les Échos

De Vichy au Paris fasciste jusqu'à Sigmaringen, la pièce EDELWEISS (France Fascisme) plonge dans la politique de la collaboration française pendant la Seconde Guerre mondiale. Cette comédie travaille l'Histoire à rebrousse-poil en interrogeant la séquence de l'État français, de l'Épuration et du récit vainqueur de la France résistante.

Cette fois, la roue de l'Histoire selon Sylvain Creuzevault tourne... dans le sens du pire ! Grimaces politiques de l'extrême droite, artistes et écrivains « ultras » – Laval, Déat, Céline, Rebatet et quelques autres – se rappellent à notre bon (?) souvenir ! Comme l'écrit Simone de Beauvoir qui refusait de soutenir le recours en grâce de Robert Brasillach : « Il y a des mots aussi meurtriers qu'une chambre à gaz. » Quelle est la responsabilité des intellectuels en temps de guerre ? Existe-t-il un fascisme français ? Quel récit les vainqueurs doivent-ils construire pour maintenir une communauté nationale au moment de l'Épuration ? Que reste-t-il de la politique de Vichy et de la collaboration dans nos vies aujourd'hui ? Accompagnés par un musicien sur scène, compagnons fidèles de Sylvain Creuzevault et nouveaux venus investissent ce parc à thème hanté célèbre et méconnu, qui régulièrement fait retour dans des habits neufs. Un théâtre plus vivant que jamais qui refuse de céder à la pulsion de mort.

Lire l'entretien avec Sylvain Creuzevault par Sarah Authesserre

mise en scène Sylvain Creuzevault
de et avec
Juliette Bialek
Pierre-Antoine Cousteau (journaliste), la postière, Julius Ritter (officier SS), l’Ange
Valérie Dréville Jeanne Rebatet, Fernand de Brinon (journaliste et ambassadeur de France à Paris), Jeanne Reichenbach
Vladislav Galard Jacques Isorni (avocat), Philippe Henriot (homme politique), Pierre Drieu la Rochelle (écrivain), Otto Abetz (ambassadeur d’Allemagne), Hubert (cadre de l’École d’Uriage), Rudolf Schleier (ambassadeur d’Allemagne), Henri Poulain (journaliste)
Pierre-Félix Gravière Joseph Vidal (président de la Cour de Justice), Marcel Déat (homme politique et journaliste), Jean Bérard (paysan), Claude Jeantet (journaliste)
Arthur Igual Marcel Reboul (procureur), le poilu, Pierre Laval (homme politique), Jean (cadre de l’École d’Uriage), Léon Blum (homme politique)
Charlotte Issaly Robert Brasillach (écrivain et journaliste)
Frédéric Noaille Jacques Doriot (homme politique et journaliste), Louis-Ferdinand Destouches dit Céline (écrivain et médecin), Joseph Martin (paysan), Joseph Darnand (militaire et homme politique), Charles Lesca (éditeur de presse et journaliste), Arot (brigadier)
Lucie Rouxel Lucien Rebatet (écrivain et journaliste), la concierge
Antonin Rayon musicien

assistanat à la mise en scène Ivan Marquez / dramaturgie Julien Vella / lumière Vyara Stefanova / création musique, son Antonin Rayon, Loïc Waridel / scénographie Jean-Baptiste Bellon, Jeanne Daniel-Nguyen (et régisseuse plateau en tournée) / vidéo Simon Anquetil / maquillage, perruques Mityl Brimeur / costumes Constant Chiassai-Polin / régie générale Clément Casazza / régie lumière Charly Hové / habillage Sarah Barzic / administration de production Anne-Lise Roustan / direction de production Élodie Régibier / construction du décor et des accessoires Atelier de construction de l’Odéon-Théâtre de l’Europe / réalisation des tailleurs Pauline Voegeli

production Le Singe coproduction Odéon-Théâtre de l’Europe, Festival d’Automne à Paris, La Comédie de SaintÉtienne, théâtre Garonne – scène européenne, Toulouse, L’Empreinte – scène nationale Brive-Tulle, La Comédie de Béthune, Points communs – scène nationale de CergyPontoise avec la participation artistique du Jeune théâtre national la compagnie est soutenue par le ministère de la culture / DRAC Nouvelle-Aquitaine
remerciements Jean-Gabriel Périot, réalisateur du film Eût-elle été criminelle... (2006) et Envie de Tempête Productions, Musée Mayer van den Bergh d’Anvers en Belgique pour la photographie du tableau de Pierre Brueghel l’Ancien, Margot l’enragée (Dulle Griet), MMB.0045, photo.Michel Wuyts

créé le 21 septembre 2023 à l’Odéon - Ateliers Berthier, dans le cadre du Festival d’Automne.

  • Tarifs généraux de 15 à 25 € / Tarifs adhérent·es de 13 à 19 €

  • Nous vous signalons l'utilisation d'effets stroboscopiques durant le spectacle.

Sylvain Creuzevault est acteur, metteur et directeur de la compagnie Le Singe. Depuis 2016, il est installé à Eymoutiers (Haute-Vienne) où il a créé son propre lieu. Au théâtre Garonne, Sylvain Creuzevault a présenté Notre Terreur (2010), Le Capital et son singe (2014), Angelus Novus AntiFaust (2016), Démons (avec le ThéâtredelaCité, 2019), Construire un feu (2020) Banquet Capital (avec le Théâtre Sorano, 2022).